Jean-Christophe Cambadélis ne répondra pas à l'invitation de Marine Le Pen à débattre avec elle dimanche 11 mai

Publié à 11h54, le 10 mai 2014 , Modifié à 12h39, le 10 mai 2014

Jean-Christophe Cambadélis ne répondra pas à l'invitation de Marine Le Pen à débattre avec elle dimanche 11 mai
Marine Le PEn et Jean-Christophe Cambadélis © Reuters / MaxPPP

FEUILLETON – Ils finiront bien par se retrouver. Mais pas tout de suite. Marine Le Pen a proposé vendredi 9 mai à Jean-Christophe Cambadélis de venir débattre avec elle dimanche 11 mai, sur le plateau de BFMTV. Au Lab, l’entourage du premier secrétaire du Parti socialiste explique que ce dernier ne répondra pas à l'invitation formulée par la présidente du FN :

C’est un débat proposé par BFM de longue date. Mais ils savent que Jean-Christophe Cambadélis n’est pas disponible dimanche [11 mai]. Il est tout le week-end dans l’Hérault pour un déplacement en marge des européennes et pour le lancement de l’année Jaurès. Dimanche, il est même à l’étranger.

L'entourage de Jean-Christophe Cambadélis assure cependant qu'un débat aura bien lieu avec Marine Le Pen avant les européennes.

Après avoir décidé de céder sa place à Martin Schulz lors de l’émission Des Paroles et des actes jeudi 22 mai, Jean-Christophe Cambadélis a été accusé de couardise par Marine Le Pen. De quoi échauder le premier secrétaire du Parti socialiste qui, dans une lettre ouverte à la présidente du Front national vendredi 9 mai,  lui a proposé un débat :

Puisque vous y tenez, je vous propose un débat où vous voulez et quand vous voulez.

Dont acte. Marine Le Pen, qui est dimanche 11 mai l’invitée de BFM Politique, a donc proposé au premier secrétaire du PS de débattre avec elle à cette occasion.

Jeudi 8 mai, le premier secrétaire du PS s’est désisté de l’émission Des paroles et des actes, sur France 2, au profit du socialiste allemand  Martin Schulz. Dans un courrier adressé à France Télévisions et aux deux rédacteurs en chef de l’émission, il explique que l’organisation initiale du débat pose "un problème du point de vue de l’égalité de traitement aux élections européennes".

Au Lab, Marine Le Pen avait annoncé qu’elle acceptait de débattre avec le candidat des socialistes à la tête de la Commission européenne, après avoir refusé un premier débat lors d’une précédente émission, le 10 avril. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus