Jean-Yves Le Drian sort la sulfateuse pour répondre à Hervé Morin, qui lui suggère d'abandonner le nucléaire

Publié à 12h18, le 13 juillet 2014 , Modifié à 12h29, le 13 juillet 2014

Jean-Yves Le Drian sort la sulfateuse pour répondre à Hervé Morin, qui lui suggère d'abandonner le nucléaire
Jean-Yves Le Drian le 6 avril 2014 (Grégory YETCHMENIZA/Le Dauphiné Libéré, Maxppp).

"Il faut poser la question de l’arme nucléaire", suggère Hervé Morin, ancien ministre de la Défense, à son successeur Jean-Yves Le Drian dans le JDD. Une suggestion qui passe mal, très mal auprès de l'intéressé.


Invité du Grand Rendez-Vous Europe 1 i>Télé, Jean-Yves Le Drian sort la sulfateuse pour répondre à Hervé Morin :


"

Je me suis gardé de critiquer mes prédécesseurs. Parce que je considère que les enjeux de défense sont des enjeux qui nous dépassent nous et qui concernent l'ensemble de la nation. Je constate que ce n'est pas le cas de monsieur Morin et qu'il a l'indélicatesse de le faire le 14 juillet. Alors je voudrais dire à monsieur Morin, pour la première fois, je vais le critiquer.



Quand je suis arrivé, j'ai pris son héritage. Et qu'est-ce qu'il y avait dans l'héritage de monsieur Morin ? Il y avait d'abord le système de soldes des soldats, un système invraisemblable, qui faisait que ce système des soldes était fait pour payer les soldats alors qu'il ne les payait pas. Si vous parlez du moral des troupes aujourd'hui, c'est en partie parce qu'il y a ce système fabrication Morin.

"

Ce système de paie avait en effet privé les soldats français de paye pendant de longs mois. Hervé Morin se serait, selon Jean-Yves Le Drian, également rendu coupable de ne pas avoir fait les achats nécessaires :


"

Et puis les drones dont on avait tant besoin et qu'il n'a pas achetés. Et puis les avions ravitailleurs dont on avait tant besoin et qu'il n'a pas commandés. Et puis les bases de défense qu'il a organisées de manière invraisemblable avec une complexité administrative. Alors je n'ai pas de leçons à recevoir de monsieur Morin, surtout pas le 14 juillet.

"

Pas sûr qu'Hervé Morin lui réponde de suite, lui qui est en pleine campagne pour la présidence de l'UDI.

Du rab sur le Lab

PlusPlus