Jérôme Lavrilleux embauche un ancien de Bygmalion comme assistant parlementaire à Bruxelles

Publié à 15h38, le 20 août 2014 , Modifié à 17h10, le 20 août 2014

Jérôme Lavrilleux embauche un ancien de Bygmalion comme assistant parlementaire à Bruxelles
Jérôme Lavrilleux © Maxppp

Les liaisons dangereuses entre Jérôme Lavrilleux et Bygmalion ont gardé quelques vestiges. Selon nos constatations, l'ancien bras droit de Jean-François Copé, au coeur de l'affaire Bygmalion après avoir reconnu des maquillages de factures lors de la campagne présidentielle de 2012, vient d'embaucher comme attaché parlementaire un ancien collaborateur de Bastien Millot, ancien dirigeant de... Bygmalion. 


Une embauche confirmée sur le site du Parlement européen (voir à la lettre B comme Bataillon).


Le nom de ce prochain attaché parlementaire ? Quentin Bataillon, donc. Jeune prodige de la politique (il est né en 1993) dans sa ville de Feurs, dans la Loire, il devient rapidement un des responsables des jeunes populaires de son coin. Il rencontre Bastien Millot en 2012 lors d'une formation de militants UMP au Cannet. Un événement comme Bygmalion en prodigue par dizaines à l'époque. Les deux hommes s'apprécient. Bastien Millot prend Quentin Bataillon sous son aile: c'est chez Bygmalion que le jeune homme continuera sa route.


Quentin Bataillon arrive comme stagiaire dans l'entreprise en avril 2012: l'UMP prépare les élections législatives, le jeune homme sera chargé de la rédaction des professions de foi, des tracts et autres documents de campagne pour les candidats du parti clients de Bygmalion. Des sources internes à l'entreprise, contactées par le Lab, le décrivent comme "un garçon passionné de politique, très bon pour son âge". 


Quentin Bataillon rentre ensuite dans sa région mais garde contact avec Bastien Millot. Selon plusieurs sources, il chante aux élus UMP de son coin les louanges de Bygmalion et rapportera plusieurs contrats à l'entreprise. 


A l'époque, la députée européenne Françoise Grossetête fait partie des clients de Bygmalion, comme beaucoup d'autres. L'entreprise se charge notamment de sa campagne régionale, et lui fournit alors une newsletter chaque semaine. Elle embauchera Quentin Bataillon sur les conseils d'élus de la région. Contactée par le Lab, Françoise Grossetête assure que Bastien Millot n'est pas intervenu dans cette embauche. D'autres sources à Bruxelles nous affirment que Bastien Millot a "évidemment" donné sa bénédiction. 


Quentin Bataillon travaille à l'époque "en circonscription" pour la députée Grossetête. C'est à dire en France. Mais c'est à Bruxelles qu'il continuera sa carrière, auprès de Jérôme Lavrilleux qui, selon plusieurs sources, avait assuré pendant la campagne qu'il avait déjà son équipe en tête. Contacté en juin dernier par le Lab, Quentin Bataillon avait à l'époque assuré que cette embauche n'avait "rien d'officiel". C'est donc désormais chose faite.


Fâchée de s'être ainsi fait "piquer" son collaborateur, Françoise Grossetête s'en est directement émue auprès de Jérôme Lavrilleux. Lequel lui aurait répondu, dans un demi-sourire que tous ses collègues lui connaissent: "Je ne prends que les meilleurs". Un relatif détachement à l'image de celui qu'il affiche depuis son élection et malgré les scandales. Malgré les appels à la démission de plusieurs élus UMP, Jérôme Lavrilleux ne compte pas lâcher son siège.

Du rab sur le Lab

PlusPlus