"L'homosexualité est une abomination": deux responsables UMP appellent leur parti à condamner les propos de Christine Boutin

Publié à 07h03, le 03 avril 2014 , Modifié à 13h24, le 03 avril 2014

"L'homosexualité est une abomination": deux responsables UMP appellent leur parti à condamner les propos de Christine Boutin
© Maxppp
Image Delphine Legouté


Ils appellent leur parti à condamner les propos de Christine Boutin sur l'homosexualité. Florian Silnicki, fondateur de la Nouvelle Donne (celle qui regroupe des jeunes secrétaires nationaux de l'UMP, pas le parti de Pierre Larrouturou) et Sébastien Chenu, secrétaire national de l'UMP et fondateur de l'association Gaylib, demande également à l'UMP, dans un communiqué diffusé le 2 avril, "d'exclure définitivement Christine Boutin de toute association ou participation aux instances, même consultatives".

Dans une interview au magazine Charles publiée le 2 avril, l'ancienne présidente du Parti Chrétien-démocrate, parti rattaché à l'UMP, estime que l'homosexualité est une "abomination" :

Je n'ai jamais condamné un homosexuel. L'homosexualité est une abomination. Mais pas la personne. Le péché n'est jamais acceptable, mais le pécheur est toujours pardonné.

Outre cet appel à la condamnation de leur parti, Florian Silnicki et Sébastien Chenu demandent à ce que le parquet de Paris "se saisisse sans délai de ces déclarations dangereuses" :

Ce dérapage n'en est plus un. Ces déclarations choquantes ne sont pas une opinion mais un délit pénal. Christine Boutin doit être condamnée.

Ils estiment que ces propos "prouvent une fois de plus que l'homophobie est profondément enracinée au coeur de la pensée de Madame Boutin".

Christine Boutin a quitté la tête du PCD, mais en est toujours membre, pour créer le mouvement "Force vie", qui présente des candidats aux européennes en surfant sur la mobilisation anti-mariage gay.

[Edit 10h30] Copé condamne aussi Boutin

Après les déclarations de Christine Boutin, le président de l'UMP, Jean-François Copé a réagi, qualifiant ces propos "d'inacceptables" et "d'impardonnables".



Du rab sur le Lab

PlusPlus