Emmanuelle Cosse envisage à son tour de laisser sa place sur le plateau de "Des Paroles et des actes" à un candidat écolo aux européennes

Publié à 16h02, le 09 mai 2014 , Modifié à 21h00, le 09 mai 2014

Emmanuelle Cosse envisage à son tour de laisser sa place sur le plateau de "Des Paroles et des actes" à un candidat écolo aux européennes
Emmanuelle Cosse. © Maxppp.

Après les socialistes et les centristes, les Verts. Emmanuelle Cosse, annonce à Libération, ce 9 mai, vouloir céder sa place pour le débat pré-élection européennes, prévu sur France 2 le 22 mai, à un candidat direct des écologistes pour le scrutin européen.

"

Inviter les chefs de parti pour une campagne européenne, c’est se tromper. [...] Ce que je propose à France 2 [c'est] que le représentant écologiste sur le plateau soit un ou une de nos candidat(e)s. Par exemple, José Bové, Yannick Jadot ou Karima Delli.

"

La patronne des Verts justifie sa décision en expliquant que Jean-Luc Mélenchon et Marine Le Pen, eux aussi invités en tant que chef de partis, sont têtes de listes pour les élections européennes:

"

Quand, à trois jours du scrutin, on invite les chefs de parti mais que deux d’entre-eux au moins sont aussi têtes de liste, ce n’est pas équitable!

"

Et de pointer l'inégalité de traitement dont seraient victimes ses candidats:

"

Depuis des semaines, notre parti se bat pour que nos candidats aient accès aux médias. On nous répond qu’il ne sont pas assez «bankable». Ça me navre... On n’est pas là pour faire du spectacle et nos députés européens sont de très bons élus.

"

En laissant sa place au candidat des écologistes, Emmanuelle Cosse rejoint le premier secrétaire du Parti Socialiste, Jean-Christophe Cambadélis, qui a proposé, jeudi 8 mai, de se faire remplacer par le candidat des socialistes à la Commission européenne, l'Allemand Martin Schulz. Idée aussitôt reprise par François Bayrou, qui envisage, lui, de faire appel au Belge Guy Verhofstadt.

Des décisions que l'écologiste très bien:

"

Je ne suis pas du tout heurtée par ça. Au contraire. Il s’agit de candidats aux élections européennes. Et nous écologistes, souhaitons depuis des années un scrutin à l’échelle européenne et non pas nationale pour élire les représentants au Parlement de Strasbourg.

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus