Le Parti socialiste fait ouvrir son université d'été par un maire dissident

Publié à 16h04, le 11 juillet 2014 , Modifié à 17h49, le 12 juillet 2014

Le Parti socialiste fait ouvrir son université d'été par un maire dissident
(Xavier Leoty, maxppp).

PAS RANCUNIER - Il faut savoir tourner la page, et Jean-Christophe Cambadélis l'a bien compris. Le Premier secrétaire du Parti socialiste ouvrira, le 29 août prochain, l'université d'été du Parti socialiste, en présence de Jean-François Fountaine, maire socialiste de La Rochelle. Jusqu'ici, tout est normal. Sauf que l'édile rochelais s'était présenté, en mars dernier, contre la candidate officiellement choisie par le parti, et était donc ce qu'on appelle un dissident.


La plénière d'ouverture réunira en effet le Premier secrétaire du Parti, l'ancien porte-parole David Assouline, l'ancien maire de Toulouse Pierre Cohen, un représentant des jeunes socialistes, et le maire dissident de la ville où se déroule cette traditionnelle université d'été. 


L'ouverture de ces journées par Jean-François Fountaine a d'ailleurs provoqué quelques remous parmi les militants socialistes (ici ou , notamment). Le Parti socialiste n'a pas toujours été aussi tendre avec ses anciens dissidents. Olivier Falorni, socialiste historique, élu député contre la candidate officielle Ségolène Royal, était lui persona non grata à la Rochelle en 2012. Certains s'en amusaient et envisageaient d'établir "un cordon de sécurité anti-Falorni", mais Olivier Falorni s'était finalement résigné. Il avait décidé d'être à la Rochelle, mais pas officiellement :


"

L'ayant organisée moi-même pendant huit ans, je sais que l'université d'été de la Rochelle est comme le festival d'Avignon. Car même si la politique n'est pas du théâtre, elle est parfois un jeu de rôle. Et je ne serai pas présent pour le festival "In" mais je serai bien là pour le "Off".

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus