"Le dimanche à Paris"… Anne Hidalgo part en campagne contre le travail du dimanche

Publié à 12h49, le 15 décembre 2014 , Modifié à 13h02, le 15 décembre 2014

"Le dimanche à Paris"… Anne Hidalgo part en campagne contre le travail du dimanche
Le dimanche parisien, selon Anne Hidalgo © DR

Le dimanche, Anne Hidalgo ne chôme pas. Un maire, ça doit être sur le pont 7 jours sur 7, surtout lorsqu’il s’agit de… batailler contre le travail du dimanche. Opposée à l’extension du travail dominical prévue par le projet de loi Macron, la première édile de la capitale a donc passé le dimanche 14 décembre à turbiner sur le Web.

À grand renfort d’illustrations diffusées via son compte Twitter, Anne Hidalgo a volé au secours de ses administrés désœuvrés. Chaque image, manifestement réalisée par les graphistes de l’Hôtel de Ville (le logo de la ville fait foi), correspond à une suggestion d’activité.

Et tiens, comme c’est curieux, l’ensemble ressemble fort à une auto-célébration de l’action municipale de la mairie de Paris. Le Lab vous fait les sous-titres :


> "Non, la capitale n’est pas endormie le dimanche. Dans certaines zones touristiques, les commerces sont même ouverts".


> "Grâce à nous, une partie de la Petite ceinture (XVe arrondissement) a été rendue aux Parisiens".


> "Bon, là, c’est un peu un coup de pub pour le Rosa Bonheur, le bar à ciel ouvert des Buttes-Chaumont. Mais Anne Hidalgo est une fan, selon son propre aveu".

À noter que dans chacun de ses tweets, la chef de file de l’exécutif parisien manie avec gourmandise l’anaphore "Le dimanche à Paris". Un pied de nez à cette figure de style qu’affectionne François Hollande ? Début novembre, le président de la République avait ulcéré Anne Hidalgo en se prononçant pour une candidature de Paris aux Jeux Olympiques de 2024.

Alors sur le travail dominical, l’ancienne adjointe de Bertrand Delanoë, comme Martine Aubry, n’entend pas non plus se faire forcer la main. Et tant pis si sa position crispe un peu plus un débat déjà très tendu au sein du PS sur le sujet.

Non pas qu’Anne Hidalgo soit opposée à un assouplissement des règles d’ouverture des magasins dans les zones touristiques parisiennes. Mais pas question d’autoriser celle des grands magasins et des enseignes de la grande distribution, comme elle l’expliquait le 18 novembre sur RTL :

"

Ce serait la mort du petit commerce en centre-ville.

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus