Manuel Valls recadre Axelle Lemaire : "Tu es bien gentille mais on ne parle pas comme ça"

Publié à 20h13, le 27 janvier 2015 , Modifié à 20h26, le 27 janvier 2015

Manuel Valls recadre Axelle Lemaire : "Tu es bien gentille mais on ne parle pas comme ça"
Manuel Valls © AFP PHOTO / JEAN-SEBASTIEN EVRARD

BAD COP – Certains ministres, et pas des moindres, aimaient bien mettre en doute l'autorité du Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Les membres du gouvernement actuel peuvent témoigner d'un changement profond, à ce niveau-là, avec Manuel Valls. Axelle Lemaire, secrétaire d'État au Numérique, en a fait les frais. C'est ce rapporte le Canard Enchaîné du mercredi 28 janvier.

Lors du séminaire gouvernemental du 22 janvier, les ministres ont discuté du plan pour l'école de Najat Vallaud-Belkacem. Axelle Lemaire a décidé d'intervenir, s'étonnant que la question d'internet ne soit pas plus évoquée. Elle a dit :

"

Si on ne comprend pas que le problème c'est internet, on n'a rien compris.

"

Il n'en fallait pas plus pour que Manuel Valls s'emporte et recadre la secrétaire d'État au Numérique devant les autres membres du gouvernement. Voici les propos du Premier ministre tels que rapportés par le Canard :

"

Tu es bien gentille mais on ne parle pas comme ça. On parlera d'internet une autre fois. […] On a tous compris, depuis longtemps, le problème d'internet mais on n'est pas là aujourd'hui pour en débattre.

"

Voilà. Merci et au-revoir. Enfin, pas tout à fait. Devant la réaction du Premier ministre, Axelle Lemaire n'a pu retenir ses larmes. "Je ne voulais pas débattre ! Je voulais simplement qu'on aborde le rôle d'internet dans la structuration des réseaux djihadistes", s'est-elle défendue.

Manuel Valls a alors voulu calmer le jeu. Il a l'a fait en usant un autre registre. Il a dit :

"

Je sais, on va dire que je suis trop sévère. Mais on t'aime tous, Axelle !

"

Une manière d'alléger l'ambiance, déjà bien chargée par les thèmes abordés lors du séminaire, deux semaines après les attentats de Charlie Hebdo et de l'Hyper Cacher de Paris.

Du rab sur le Lab

PlusPlus