Manuel Valls s'amuse du sens de la formule de Georges Clemenceau : "il voulut être César, il mourut Pompée"

Publié à 14h44, le 05 juillet 2014 , Modifié à 14h52, le 05 juillet 2014

Manuel Valls s'amuse du sens de la formule de Georges Clemenceau : "il voulut être César, il mourut Pompée"
Manuel Valls, Bernard Cazeneuve et Jean-Marie Le Guen © MaxPPP

LE SENS DE LA FORMULE - Invité de RTL ce samedi 5 juillet, Manuel Valls présente le bureau de Georges Clemenceau, le "Tigre" à qui l’actuel Premier ministre porte une grande admiration. On le sait, Valls aime Clemenceau. Il le répète, et, dressant un portrait élogieux de l’ancien président du Conseil des ministres, il se souvient de son goût immodéré pour les petits mots :

"

Il avait le sens de la formule. Il était capable de mourir pour une formule. Il y en beaucoup et certaines qu’on ne peut pas prononcer ici, je pense à vos jeunes auditeurs.

"

Bon, Manuel Valls n’osant pas, c’est Marie Drucker qui s’y colle et cite Clemenceau dans le texte. Séducteur – on lui a prêté 800 conquêtes – il avait dit à propos d’une femme "assez facile" :

"

Placez-la au sommet du Mont blanc et elle sera encore accessible.

"

La porte étant ouverte, Manuel Valls décide finalement de se lâcher et d’évoquer une formule bien plus célèbre signée du "Tigre" :

"

La plus belle est sans doute celle sur les circonstances de la mort du président Faure qu’on ne va pas rappeler et qui est plus connu : il voulut être César, il mourut Pompée.

"

Pour rappel, le président Félix Faure est décédé en 1899 au palais de l’Élysée, dans les bras de sa maîtresse Marguerite Steinheil...

[BONUS TRACK] En écoutant le portrait de Clemenceau, on ne peut pas s’empêcher de penser que Manuel Valls ne parle pas seulement du "Tigre". Pas lorsqu’il le décrit comme "un homme exceptionnel, excessif sans doute dans bien des aspects et qui a dû commettre des erreurs", "au fond français dans ses excès, dans ses qualités, dans ses défauts", mais plutôt quand il parle de l’exercice du pouvoir. Voici ce que dit le Premier ministre :

"

La manière de gouverner, dans les débats qui l’ont opposé à Jaurès lui assumait pleinement l’exercice du pouvoir... Et vous savez que c’est pour moi quelque chose de très important dans les débats qu’il peut y avoir à gauche.

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus