Manuel Valls s’invite devant les médias et présente sa recette pour trouver 50 milliards d'euros d'économies

Publié à 10h04, le 16 avril 2014 , Modifié à 14h26, le 16 avril 2014

Manuel Valls s’invite devant les médias et présente sa recette pour trouver 50 milliards d'euros d'économies
Manuel Valls © Reuters

Le compte-rendu du conseil des ministres de ce 16 avril est remplacé par une intervention de Manuel Valls devant la presse. A suivre avec @sychazot sur Twitter.

#DEMANDEZ LE PROGRAMME 

Le programme de stabilité sera présenté le 23 avril en Conseil des ministres pour un vote par l'Assemblée une semaine plus tard, le 30.

#GEL DE LA HAUSSE DES PRESTATIONS SOCIALES

Manuel Valls annonce par ailleurs un gel de la hausse des prestations sociales pendant un an et demi :

"

Il n’est pas question de diminuer le montant des prestations sociales mais dans le contexte actuel elles ne seront pas revalorisées jusqu’en octobre 2015. Stabilité des pensions de retraite de base, elle pourra concerner les retraites complémentaires qui relèvent des partenaires sociaux.


Ces mesures temporaires épargneront les retraités dont les pensions sont les plus modestes : minimum vieillesse toujours revalorisé.

"

Dans le détail, où seront faites ces économies sur les prestations sociales ? Le RSA, le complément familial et l'allocation de soutien familial seront revalorisés, mais un an plus tard.

#LE PORTE-PAROLE SE TAIT 

Stéphane Le Foll, porte-parole du gouvernement, laisse parler son boss :

#LES ECONOMIES DANS LA FONCTION PUBLIQUE 

Manuel Valls a fait plusieurs annonces d'économies dans la fonction publique :

"

Pour les fonctionnaires, nous confirmons le gel du point d’indice. Mais les règles d’avancement dans la fonction publique d’état seront préservées. Les effectifs des ministères hors éducation nationale, sécurité, et justice continueront de diminuer.

"

Manuel Valls souhaite par ailleurs "rationaliser les agences de l’état, à l’exception de Pôle emploi et des universités, leurs effectifs seront réduits".

#CHACUN SA PART 

Manuel Valls annonce que les économies seront réparties entre Etat et collectivités locales. 11 milliards d'euros d'économies pour les collectivités territoriales, 18 milliards d'euros pour l'Etat, qui devra notamment continuer de réduire son train de vie.

#PAS TOUCHE AUX CRÉATIONS DE POSTE 

Des économies, d'accord. Mais pas question de remettre en question les créations de poste dans certains secteurs de la fonction publique :

#VENEZ DERRIÈRE MOI LES COPAINS 

Pour montrer que le gouvernement parle d'une seule voix, Manuel Valls a demandé à plusieurs ministres de se tenir derrière lui. La scénographie est réglée au millimètre : Marisol Touraine, Michel Sapin, Christian Eckert, et Marylise Lebranchu se mettent d'abord en scène.

Avec Manuel Valls au centre, ça donne ça :

#COULISSES

La salle du point presse a été réaménagée. Jusqu'à aujourd'hui, 

#NO QUESTION PLEASE

Selon le reporter de BFM TV, aucune question ne sera permise lors du point presse de Manuel Valls

#MANUEL VALLS DEVANT LA PRESSE

L'intervention du Premier ministre se substitue au point presse de Stéphane Le Foll, chose tout à fait exceptionnelle. Il doit évoquer le Pacte de responsabilité et de solidarité.

Jean-Marc Ayrault s’était exprimé plusieurs fois à l’issue du Conseil des ministres mais il l’avait fait depuis le perron de l’Élysée. Idem pour François Hollande, qui était notamment intervenu depuis la salle des fêtes lors de l’affaire Cahuzac. Manuel Valls innove donc en parlant depuis la salle de presse où Stéphane Le Foll, nouveau porte-parole du gouvernement, doit faire son compte rendu et répondre aux questions des journalistes.

Le dernier ministre à s’être invité de la sorte lors du point presse fut Christiane Taubira, le 12 mars, alors accusée par l’opposition d’avoir "menti" en affirmant ignorer les écoutes téléphonique menées contre Nicolas Sarkozy.

#DÉCRETS D’ATTRIBUTION

Une semaine après les nominations de 16 secrétaires d’État, ce Conseil des ministres est également marqué par la publication des décrets d’attribution liés aux différents ministères.

#SMIC

C’est l’un des grands sujets de débat de ces derniers jours : faut-il instaurer, comme le souhaite le président du Medef Pierre Gattaz, un "Smic intermédiaire" ? De nombreuses voix se sont élevées contre cette idée, à droite comme à gauche. Mais François Hollande a reçu à déjeuner, mardi 15 avril, trois économistes favorables, eux, à une évolution par le bas du salaire minimum. 

#3%

Selon Le Figaro, Bruxelles a "opposé une fin de non-recevoir au gouvernement, qui envisageait de réclamer plus de temps" pour ramener le déficit de la France à 3% d’ici 2015.

Du rab sur le Lab

PlusPlus