Nicolas Sarkozy, nouvel homme de la synthèse à la François Hollande

Publié à 10h09, le 04 février 2015 , Modifié à 13h25, le 04 février 2015

Nicolas Sarkozy, nouvel homme de la synthèse à la François Hollande
© AFP / Patrick Kovarik

CE N'EST PAS QUI VOUS CROYEZ - "Il a essayé de faire une synthèse entre les propositions", "une proposition de synthèse entre les différentes sensibilités", "le signe d'un chef n'est pas de passer au forceps" ... François Hollande ? Non, Nicolas Sarkozy. Le nouvel homme de la synthèse à en croire les participants du bureau politique du 3 février, réunion ayant porté sur l'attitude à adopter en cas de second tour PS/FN à des élections.

Si François Hollande a longtemps été décrit, tout particulièrement par ses détracteurs, comme l'homme cherchant en permanence à faire la synthèse entre les différentes sensibilités de son parti, c'est désormais cette même qualité que louent les membres de l'UMP chez Nicolas Sarkozy. Fini le temps où leur chef tranchait sans consulter. Depuis que le président du parti s'est pris un camouflet sur le "ni-ni", ses troupes assurent que cette claque n'en était pas une. Et qu'il a simplement exercé son nouvel art de la synthèse.

Ainsi de Nadine Morano sur BFMTV ce 4 février :

"

Il a essayé à travers les textes qu'il nous a proposé de faire une synthèse pour rassembler les positions. Il a vraiment été dans l'attitude d'un président de parti ! Ce n'est pas du tout du François Hollande [elle répond à une remarque de Jean-Jacques Bourdin, ndlr]. C'est débattre puis voter.

"

Sur Europe 1 le même jour, Laurent Wauquiez fait les louanges de cette nouvelle chefferie "moderne" :

"

Ce qu’il a souhaité c’est qu’il n’y ait pas de passage en force, qu’il y ait de l’écoute. (...) Le choix qu’il a fait hier c’est de payer de sa personne pour faire de l’unité, je pense que c’est beaucoup mieux.



Mettre deux propositions sur la table, faire voter, discuter, respecter les positions de chacun, accepter qu’il y ait un débat …  Pour moi le signe d’un chef n’est pas celui qui passe au forceps, c’est de préserver l’unité et de savoir écouter, c’est ce qu’on a fait hier.

"

Invité de Sud Radio, le porte-parole de l'UMP Sébastien Huyghe loue également "une proposition de synthèse entre les différentes sensibilités de l'UMP", une proposition "demandant à ceux qui étaient sur la ligne d'Alain Juppé de faire un pas et à ceux qui sont dans le ni-ni de faire un pas et demi". Bref, un Nicolas Sarkozy "chef d'orchestre, capable de faire travailler l'UMP en équipe".

Sous couvert d'anonymat, le discours est moins élogieux pour le chef du parti. Auprès du Lab, des participants à cette réunion sortent du discours sur "l'homme de synthèse", le "chef d'orchestre", et pointent un manque d'autorité et d'organisation. "Il aurait fallu organiser un bureau politique exceptionnel dès lundi", estime un ténor du parti. Qui ajoute : "avec cette position illisible il voulait faire plaisir à tout le monde, jouer au rassembleur mais on a refusé de participer au bal des hypocrites."

Une nouvelle méthode en tout cas déjà moquée à gauche à en croire ce tweet du député radical de gauche Paul Giacobbi :

[Edit 10h59] -Ajout déclarations de participants UMP.

Du rab sur le Lab

PlusPlus