Bruno Le Roux ne sanctionne pas le député PS Gérard Bapt mais demande une suspension du groupe d’amitié France-Syrie

Publié à 06h48, le 03 mars 2015 , Modifié à 13h47, le 03 mars 2015

Bruno Le Roux ne sanctionne pas le député PS Gérard Bapt mais demande une suspension du groupe d’amitié France-Syrie
Bruno Le Roux et Gérard Bapt à l'Assemblée. © Montage le Lab via AFP
Image Sébastien Tronche


Il ne va pas démissionner, il ne devrait pas en avoir besoin. Comme l’avait révélé le Lab, Bruno Le Roux, le chef de file des députés socialistes, avait demandé à Gérard Bapt de quitter la présidence du groupe d’amitié France-Syrie de l’Assemblée, pour s’être rendu au pays de Bachar Al-Assad en compagnie d’autres parlementaires centristes et UMP. Un voyage qui avait fait polémique et irrité l'exécutif.

Il n’en sera donc rien. Le patron des députés PS a rejeté lundi 2 mars sur iTélé toute sanction à l'égard de son ouaille. "Non, je n'ai jamais parlé de sanctions", a déclaré Bruno Le Roux, après avoir reçu dans l'après-midi le député de Haute-Garonne. Le président du groupe socialiste a trouvé que Gérard Bapt était "très touché par tout ce qui s'est passé", et "il regrette tout ce battage qui est fait autour". La rencontre avec Bachar al-Assad, à laquelle il n'a pas participé, "n'était pas prévue initialement dans le programme".

En revanche, Bruno Le Roux a demandé une suspension des activités du groupe d'amitié France-Syrie à l'Assemblée. Dans un communiqué diffusé plus tard dans la journée, le patron du groupe socialiste a déclaré qu’il ferait une demande de suspension du groupe d’amitié auprès du président de l’Assemblée, Claude Bartolone : 

Nous avons convenu que la situation actuelle de la Syrie ne permettait pas de poursuivre les activités d'un groupe d'amitié parlementaire. Compte tenu de cette situation, nous avons adressé une demande de suspension à Claude Bartolone, président de l'Assemblée nationale.

Gérard Bapt doit rencontrer ce mardi 3 mars le Premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis, qui avait déclaré vouloir sanctionner le parlementaire et le déferrer devant la Haute autorité du PS.

[Edit 12h30] Jacob : "Une idiotie complète"

Lors de son point presse à l'Assemblée, Christian Jacob a dénoncé mardi cette décision de suspendre les activités du groupe d'amitié France-Syrie, fustigeant "une idiotie complète". Le patron des députés UMP a également rappelé que Jacques Myard, élu d'opposition qui a participé à ce voyage, avait "le soutien du groupe".

[Edit 13h35] Rencontre Cambadélis/ Bapt 

Dans un communiqué, le PS a fait état de la rencontre le 3 mars à midi de Gérard Bapt et Jean-Christophe Cambadélis. Selon ce texte, "le député socialiste de Haute-Garonne a accepté de présenter à la Haute autorité les conditions de son voyage au Liban et en Syrie. Cette dernière tirera au regard des statuts, de l’éthique socialiste et de l’action de la France, les conclusions qui s’imposent."  Par ailleurs, la demande de dissolution du groupe d’amitié France-Syrie a été "présentée" à Jean-Christophe Cambadélis. 

Gérard Bapt a proposé, dans la matinée à ces collègues députés, de demander lors de la prochaine réunion du bureau du groupe d'amitié France-Syrie la suspension de ses activités. Mais il revient ajoute le communiqué du PS  "à l'Assemblée et à son Président de statuer sur ce sujet".     

Du rab sur le Lab

PlusPlus