Pour l'UMP Thierry Solère, ce n’est pas Taubira mais l’ensemble du gouvernement qui est "un tract ambulant pour le Front national"

Publié à 12h09, le 09 mars 2015 , Modifié à 12h09, le 09 mars 2015

Pour l'UMP Thierry Solère, ce n’est pas Taubira mais l’ensemble du gouvernement qui est "un tract ambulant pour le Front national"
Thierry Solère. © JACQUES DEMARTHON / AFP

AFFICHAGE SAUVAGE - On change d’échelle. Et de cible. Après avoir attaqué nommément Christiane Taubira, accusée par Gérald Darmanin d’être "un tract ambulant pour le Front national" - une saillie approuvée par Rachida Dati et Xavier Bertrand et qui a valu au jeune député UMP une belle avoinée de la part de Manuel Valls – l’UMP s’en prend à Manuel Valls, qui veut stigmatiser le FN, et à l’ensemble du gouvernement.

Invité de BFM TV, dimanche 8 mars au soir, le député et Monsieur Primaire de l'UMP Thierry Solère n’a, lui, pas validé l’attaque frontale contre la garde des Sceaux. "Je n’aime pas les attaques sur les personnes donc je ne l’aurais pas prononcé", assure ce soutien de Bruno Le Maire. Qui ajoute :

Mais je pense que c’est tout le gouvernement et sa politique qui est un tract ambulant pour le Front national.

Quant à Manuel Valls, Thierry Solère estime qu’il "n’est pas là pour stigmatiser mais pour avoir des résultats" et qu’il "agite le chiffon rouge du FN en ne parlant que de cela".

Ce lundi 9 mars, plus globalement, les élus UMP invités des matinales ont accusé le Premier ministre d’être "l’agent électoral du Front national" après la sortie primo-ministérielle au Grand Rendez-vous sur sa "peur" du parti de Marine Le Pen. Et ce, à moins de quinze jours du premier tour des élections départementales, le 22 mars.

"Le rôle d'un Premier ministre n'est pas d'avoir peur, mais d'agir et d'obtenir des résultats", a réagi le très sarkozyste Brice Hortefeux, ancien ministre de l’Intérieur, sur RTL. "Comme c'est le cas depuis trente ans", Front national et Parti socialiste "se font la courte échelle", a renchéri l'eurodéputé. Interrogée sur France Inter, l'ancienne ministre UMP Valérie Pécresse a reproché à Manuel Valls "une tentative cynique et désespérée d'installer le Front national comme le parti de l'alternance". Elle ajoute :

 

Qu'il arrête d'être l'agent électoral du Front national.

L'UMP tient son élément de langage de la semaine.

Du rab sur le Lab

PlusPlus