Dati, Debré, Pozzo di Borgo: ces élus de droite et du centre qui bravent la consigne de NKM sur le bureau de Delanoë

Publié à 15h49, le 20 mai 2014 , Modifié à 17h18, le 20 mai 2014

Dati, Debré, Pozzo di Borgo: ces élus de droite et du centre qui bravent la consigne de NKM sur le bureau de Delanoë
Rachida Dati et Bernard Debré au Conseil de Paris (Maxppp)

C'est un des premiers combats livrés par Nathalie Kosciusko-Morizet en tant que chef de l'opposition à Paris: l'octroi d'un bureau et d'une secrétaire à mi-temps pour Bertrand Delanoë, au titre d'ancien maire de Paris. "Illégal" selon NKM, qui a naturellement invité le groupe UMP qu'elle dirige à voter contre cette résolution. Mais, selon les informations du Lab, la consigne est loin d'avoir été respectée par tous. Ainsi, Rachida Dati, Bernard Debré et plusieurs autres élus UMP de la capitale ont préféré s'abstenir. Le président du groupe UDI au Conseil de Paris, Yves Pozzo di Borgo, a même voté en faveur de l'octroi de ce bureau à l'ancien maire de Paris.

Bernard Debré fait partie des élus qui n'ont pas voulu voter. Il n'allait pas voter pour et rentrer ainsi en opposition frontale avec Nathalie Kosciusko-Morizet, mais indique clairement au Lab qu'il ne partage pas sa position :

"

Quand, dans le XVIe arrondissement, Pierre-Christian Taittinger a quitté son bureau, monsieur Delanoë lui a donné un bureau et une secrétaire. Je trouve que ce n'est pas un sujet. On a beaucoup de choses à faire à Paris et cette polémique ne m'empêche pas de dormir

"

Mais Rachida Dati et Bernard Debré ne sont pas seuls dans leur groupe à s'être abstenus. Ainsi, selon les informations du Lab, la maire du 8e arrondissement Jeanne d'Hauteserre a également quitté la salle lors du vote sur la résolution, ce 20 mai au matin. 

L'UDI, de son côté, avait fait campagne aux côtés de Nathalie Kosciusko-Morizet, mais l'unité affichée en campagne est loin d'être la réalité d'aujourd'hui. Ainsi, l'élu UDI et par ailleurs sénateur du groupe centriste au Conseil de Paris, Yves Pozzo di Borgo, a voté pour cette "résolution Delanoë". Et n'hésite pas à qualifier cette polémique "d'inélégante" :

"

Ça ne me choque pas du tout. Paris a quand même beaucoup de moyens, je n'y vois pas d'inconvénient... Il y a une offensive qui est partie de la part de Nathalie [Kosciusko-Morizet, NDLR] là-dessus, mais quand on connaît le passé du RPR là-dessus... Ce débat est inélégant. 

"

Yves Pozzo di Borgo confirme par ailleurs ce qu'avançait Anne Hidalgo la veille: Jean-François Legaret se serait, avant que naisse la polémique, prononcé en privé en faveur de ce bureau de la discorde. Contacté par le Lab, Jean-François Legaret assure avoir voté contre ce mardi matin.

Du rab sur le Lab

PlusPlus