Ségolène Royal n'abandonne pas les projets de taxe sur les camions étrangers et sur les sociétés d'autoroutes

Publié à 15h10, le 21 octobre 2014 , Modifié à 15h30, le 21 octobre 2014

Ségolène Royal n'abandonne pas les projets de taxe sur les camions étrangers et sur les sociétés d'autoroutes
Ségolène Royal © Reuters

Tenez-vous prêts, elle ne lâchera rien. Interviewée pour L'internaute ce mardi 21 octobre, la ministre de l'Ecologie Ségolène Royal est revenue sur ses propositions en matière de transports, propositions écartées par son collègue au gouvernement, le ministre des Finances Michel Sapin. 

Après avoir annoncé la suspension de l'écotaxe, la ministre a en effet proposé dimanche 19 octobre une vignette pour les poids lourds étrangers qui circulent sur le territoire français. Une annonce aussitôt dégoupillée par Michel Sapin le lendemain matin, au motif qu'on "ne taxe pas un camion étranger parce qu'il est étranger".

Cela n'arrêtera pas Ségolène Royal qui "va insister". Elle en profite pour donner un coup de coude à Michel Sapin : 

"

Il y a un fossé avec les citoyens qui comprennent la cohérence de mes propositions et les autres qui passent leur temps à dénigrer.

"

Elle tient à corriger son collègue de Bercy en affirmant que "l'Europe dit qu'on ne peut pas faire payer deux fois" les transporteurs routiers. 

Autre sujet que Ségolène Royal n'abandonnera pas : la taxation des sociétés d'autoroutes. Un autre sujet sur lequel Michel Sapin a mis un veto, en conférence de presse le 9 octobre. Pour le ministre des Finances, une telle mesure serait directement répercutée sur le tarif des péages. "Est-ce que c'est une bonne solution ? Je n'en suis pas absolument certain", estimait Michel Sapin. Ce qui ne va apparemment pas arrêter Ségolène Royal

"

Malgré les critiques que j'entends tous azimuts, je ne cèderai pas sur ce sujet -là ! Il suffit qu'on me dise que ce n'est pas possible, pour que je me dise 'tiens c'est curieux !'

"

Pour autant, la ministre de l'Ecologie critique sa camarade socialiste Martine Aubry... l'accusant de "tirer contre son camp, contre sa famille politique"

Du rab sur le Lab

PlusPlus