Stéphane Ravier et David Rachline : le FN, anti-cumul des mandats, porte au Sénat deux cumulards

Publié à 09h33, le 29 septembre 2014 , Modifié à 11h55, le 29 septembre 2014

Stéphane Ravier et David Rachline : le FN, anti-cumul des mandats, porte au Sénat deux cumulards
Stéphane Ravier et David Rachline © Montage via Reuteurs ( Jean-Paul Pelissier et Eric Gaillard)
Image Delphine Legouté


La pratique ne suit pas toujours la théorie. C'est le cas au Front national avec l'élection des deux premiers sénateurs du parti, David Rachline et Stéphane Ravier. Désormais représentants de la chambre haute, les deux hommes sont déjà, chacun, conseillers régionaux et maires. Et pourtant, le FN s'est toujours revendiqué comme le chantre du non-cumul des mandats.

Fin 2013 et début 2014, lors des débats sur le projet de loi concernant le non-cumul des mandats, les deux députés frontistes, Marion Maréchal-Le Pen et Gilbert Collard, se montrent particulièrement fermes sur le sujet (des archives retrouvées par Le Scan). A la tribune de l'Assemblée, Marion Maréchal-Le Pen fustige très précisément les sénateurs qui ne veulent pas se voir appliquer le non-cumul d'un mandat parlementaire avec une fonction exécutive locale :

Je regrette qu’une réforme aussi soutenue par l’opinion soit confrontée à une opposition de caste. Je pense à l’UMP mais aussi aux 31 sénateurs socialistes qui ont voté en faveur des amendements excluant les sénateurs du non-cumul. (…)

Ils ont montré leur attachement à leurs privilèges, au mépris des engagements du programme socialiste sur lequel ils ont été élus. Le non cumul des mandats des parlementaires est un pas dans la bonne direction.

Gilbert Collard, pour sa part, explique en janvier 2014 à l'Assemblée que le cumul est mauvais pour le renouvellement des représentants politiques :

Le cumul en toutes choses est dangereux. (…)  Non pas parce que l’activité de député est incompatible avec celle de maire, (...) en revanche je crois qu’il est vital que nous ouvrions le partage démocratique, que l’on puisse permettre en interdisant le cumul à des hommes et à des femmes d’accéder à des fonctions qui leur sont interdites parce qu’il y a le cumul.

Les deux députés votent alors en faveur du non-cumul du mandat parlementaire avec une fonction exécutive locale, qui doit s'appliquer en 2017.

Pour sa part, Marine Le Pen a notamment plébiscité cette idée en décembre 2012 en proposant un référendum "pour pouvoir la faire appliquer". Florian Philippot en a fait de même, en août 2012 sur RMC, comme l'a repéré la journaliste Marine Turchi :

Nous sommes dans une position répétée depuis des années. Nous ne voulons pas de cumul entre une position de parlementaire et un exécutif local. On le dit de manière absolument constante.

Autant de prises de position ne collant pas *vraiment* avec la mise en application des deux nouveaux sénateurs. Stéphane Ravier sera donc conseiller régional de PACA, maire du 7e secteur de Marseille et sénateur. David Rachline est pour sa part maire de Fréjus et sénateur. Il a cependant annoncé sur Europe 1 ce 29 septembre qu'il renoncerait à son troisième mandat, celui de conseiller régional. Concernant celui de maire, il a coupé court auprès du Scan : "Après tout le travail réalisé dans ma commune de Fréjus, il est évident que je reste à la mairie."

Du rab sur le Lab

PlusPlus