Thomas Thévenoud, persuadé qu’il y a des micros cachés dans son appartement

Publié à 07h05, le 25 novembre 2014 , Modifié à 06h44, le 26 novembre 2014

Thomas Thévenoud, persuadé qu’il y a des micros cachés dans son appartement
Thomas Thévenoud. © Maxppp.

SUR ÉCOUTES - Il prépare minutieusement son "retour". Après avoir fait profil bas suite à ses impayés pour cause, dit-il, de "phobie administrative", Thomas Thévenoud prépare donc son retour au premier plan. Une stratégie qui passe par une première étape : faire son travail de député à l’Assemblée nationale. C’est pourquoi, pour la première fois, le 18 novembre, il a effectué sa première intervention en commission depuis "l’affaire".

Car l’ancien éphémère secrétaire d’Etat de Manuel Valls ne compte pas lâcher ni la politique en général, ni son mandat de député en particulier. Et ce malgré l’insistance en ce sens de François Hollande, Manuel Valls et tout l’aéropage socialiste.

"C’est tout le problème des gens dont la vie s’est construite autour de la politique", remarque, à L’Opinion, le député PS Dominique Lefebvre, qui ajoute :

"

En dehors, Thomas n’a rien.

"

Toujours est-il qu’après avoir vécu "dans une bulle", le couple Thévenoud recommence à avoir une vie sociale et à recevoir dans leur appartement parisien, rapporte encore le quotidien. Qui écrit également sur la parano qui touche le député désormais non-inscrit :

"

Convaincu que son appartement est truffé de micros, le député emmène parfois ses hôtes sur son balcon "pour parler"...

"

Aussi ne compte-t-il pas (pas plus aujourd’hui) démissionner de l’Assemblée, car ce serait, selon lui, "un aveu de culpabilité". "Or, je ne suis coupable de rien", plaide-t-il pour sa paroisse.

[BONUS TRACK] La subvention de Macron

Il a fait malicieusement fuité ce document dans la presse locale. Pour montrer son retour en grâce. Vendredi 21 novembre, le site macon-infos.fr a ainsi publié une lettre du ministre de l’Economie, Emmanuel Macron, accordant des subventions à la commune de Mâcon. Et le ministre donnant du "cher Thomas" et "Bien à toi" manuscrits.

">

"Je me félicite de la décision d’Emmanuel Macron", écrit Thomas Thévenoud dans un communiqué, se félicitant d’avoir obtenu cette subvention "grâce à l’action coordonnée du sénateur-maire de Mâcon et de moi-même".

Du rab sur le Lab

PlusPlus