Travail le dimanche : Pour Sandrine Mazetier (PS) le sexe de l'exploitation, le prolétaire, c'est la femme

Publié à 18h38, le 13 février 2015 , Modifié à 21h06, le 13 février 2015

Travail le dimanche : Pour Sandrine Mazetier (PS) le sexe de l'exploitation, le prolétaire, c'est la femme
Captures d'écran LCP/ montage Le Lab

Les débats sur l'épineuse question de l'extension du travail le dimanche ont commencé à l'Assemblée vendredi 13 février dans l'après-midi. Ce sont surtout les socialistes - frondeurs et opposés au texte - qui se sont d'abord exprimés. Parmi les opposants à ce texte, la députée de Paris, Sandrine Mazetier qui a interpelé le ministre sur les conséquences pour les femmes de cette disposition. Elle explique que les premières victimes de cette mesure du "projet de loi pour l'activité et la croissance" seront les femmes en se référant à des concepts de la lutte des classe. Elle a dit :

Le sexe de l'exploitation, le prolétaire du prolétaire, ce sont les femmes !

La vidéo, isolée par Le Lab :





Le débat promet d'être vif, notamment entre socialistes comme le prouve cet échange. Fervent défenseur du gouvernement, Christophe Caresche, député de Paris s'est inquiété :"Je ne voudrais pas qu'on transforme cet hémicycle en salle de réunion du PS"





La réponse de Sandrine Mazetier a été cinglante  : "Ne nous faisons pas de faux procès" de la politique interne "tout le monde en fait" 





Bien avant la présentation du projet de loi Macron sur la croissance et l'activité, en décembre, les débats ont été vifs sur la question de l'extension du travail le dimanche. Les députés frondeurs sont très remontés contre cette disposition même si le gouvernement a revu à la baisse ses ambitions dans ce domaine avant même le début du débat dans l'hémicycle. En décembre, François Hollande ironisait sur les frondeurs opposés à la loi Macron.

Du rab sur le Lab

PlusPlus