Une candidate FN aux départementales qui ne voulait pas l’être : on m’a "roulé dans la farine"

Publié à 11h29, le 18 février 2015 , Modifié à 15h06, le 18 février 2015

Une candidate FN aux départementales qui ne voulait pas l’être : on m’a "roulé dans la farine"
Le logo du Front national. © JEFF PACHOUD / AFP

A L’INSU DE SON PLEIN GRÉ - Décidément, le Front national a des soucis avec ses candidats. Tout heureux de pouvoir annoncer une présence dans près de 95% des cantons pour les élections départementales, le parti de Marine Le Pen a dû partir à la pêche aux candidats. Et même parfois à leur insu.

Après qu’une ancienne militante frontiste a appris dans la presse qu’elle était candidate FN en Saône-et-Loire – ce que le parti d’extrême droite dément – c’est une autre, dans le Puy-de-Dôme cette fois, qui assure qu’elle est candidate malgré elle, comme le rapporte le 17 février France 3 Auvergne à propos de "la mésaventure d’Annick Rouchon".

Cette septuagénaire non-voyante, qui dit avoir rendu sa carte du FN depuis plus de six mois, explique avoir bien reçu "deux femmes" qui l’ont persuadé de fournir un certificat d’inscription sur les listes électorales. Et affirme n’avoir jamais donné son accord pour être candidate. Interrogée par La Montagne, le 17 février, elle développe :

J’ai reçu la visite de deux responsables du FN. Elles disaient qu’elles avaient besoin de mon nom, mais j’ai fait clairement savoir que je ne voulais pas d’investiture. J’ai 77 ans, atteinte de cécité et j’ai rendu ma carte du FN il y a plus de six mois.

Et d’ajouter :

Elles m’ont roulé dans la farine.

Elle contacte alors la préfecture pour faire retirer son nom. En vain. Et envisage de saisir la justice.

De son côté, le responsable local du FN, Erik Faurot, se dit "étonné" auprès de France 3 Auvergne. Au quotidien régional, il précise :

Madame Rouchon était en retard de cotisation depuis août et nous lui avons demandé de participer. Si elle n’avait pas souhaité, personne ne serait venu la voir. Ensuite, c’est elle qui a demandé une attestation électorale, d’après ce que je sais, et la connaissant bien, je ne peux pas m’imaginer qu’elle n’était pas consciente de ce qu’elle faisait. Elle est bel et bien candidate et elle était même très honorée.

Et accuse le Parti de la France de Carl Lang, ancien historique du FN. Comme Marine Le Pen ce mercredi 18 février devant la presse parlementaire :

Dans l'après-midi, le secrétaire départemental FN de Saône-et-Loire Sébastien Alloin et son homologue du Puy-de-Dôme ont publié un communiqué pour dénoncer des "opérations de barbouzeries" de la part de deux anciennes adhérentes FN "qui l’ont quitté récemment pour rejoindre le Parti de la France de M. Lang".

Ils écrivent :

 

À l’évidence, leur volonté soudaine de retirer leur candidature s’inscrit dans une opération de déstabilisation préméditée. Il est stupéfiant que certains croient utile de se faire l’écho de ces minables barbouzeries.

Les deux secrétaires départementaux ajoutent que "le Front National engage des poursuites pénales avec constitution de partie civile et demande qu’une expertise graphologique soit effectuée afin d’établir que ces personnes ont bien été l’une et l’autre candidates en toute connaissance de cause".

[EDIT 15h02] Ajout communiqué du FN

Du rab sur le Lab

PlusPlus