"Vous mangerez tout ce qu’on vous donnera" : la stratégie médiatique du FN expliquée par le chef de cabinet de Marine Le Pen, Philippe Martel

Publié à 11h50, le 20 octobre 2014 , Modifié à 12h23, le 20 octobre 2014

"Vous mangerez tout ce qu’on vous donnera" : la stratégie médiatique du FN expliquée par le chef de cabinet de Marine Le Pen, Philippe Martel

"Les Français détestent les médias." C’est ce qu’affirme, alors qu’il croit être en "off", le chef de cabinet de Marine Le Pen aux caméras de "Medias le mag", l’émission de France 5, relayé par FranceTvInfo. Mais surtout, dans cette séquence sans langue de bois, Philippe Martel détaille la stratégie médiatique du Front national et de sa présidente.

Philippe Martel part d’un postulat : les médias n’ont aucune vision à long terme, selon lui, et "ne s’intéressent qu’à ce qui se passe dans la semaine". "Je crois qu’il faut qu’on aille de plus en plus contre le système médiatique qui est d’une médiocrité abyssale", attaque-t-il.

Et d’expliquer ce qu’il conseille à Marine Le Pen, à savoir de jouer la contre-programmation :

"

Je pousserai Marine à jouer de manière très décalée vis-à-vis du système. Grosso modo à parler de l’agriculture au moment du salon de l’Auto et de l’automobile au moment des vendanges.

"

Pense-t-il que le FN puisse imposer son agenda et son rythme à la presse ? Philippe Martel "pense que oui". Et développe :

"

Parce que les médias sont en demande. Parce que vous avez faim… Et vous mangerez tout ce qu’on vous donnera.

"

Comme l’a montré le Lab, Marine Le Pen et Florian Philippot sont les invités les plus réguliers des matinales radios et télés depuis un an, même si le FN, lui, n’arrive qu’en quatrième position parmi les partis politiques.

"Si on le fait régulièrement, vous serez obligés de suivre", ajoute encore Philippe Martel, sûr de son analyse. Le chef de cab' de Marine Le Pen est également celui qui, comme le relayait le Lab, fait faire des petites fiches sur les journalistes pour préparer les interventions médiatiques de la cheffe. L’objectif, comme le révélait Le Point ? "Attaquer à mort" les journalistes qui couvrent ou interviewent les dirigeants du parti d’extrême droite.

Du rab sur le Lab

PlusPlus