Absence des députés LREM pour les 55 ans du traité de l’Elysée : Richard Ferrand rejette la faute sur les médias et… l’opinion publique

Publié à 09h04, le 24 janvier 2018 , Modifié à 18h45, le 24 janvier 2018

Absence des députés LREM pour les 55 ans du traité de l’Elysée : Richard Ferrand rejette la faute sur les médias et… l’opinion publique
Richard Ferrand, président du groupe LREM à l'Assemblée. © Captures d'écran
Image Aurélie Marcireau


Les rangs de LREM, passablement vides pour l’allocution de Wolfgang Schäuble, président du Bundestag, lundi 23 janvier à l’occasion des 55 ans du traité de l’Elysée, continuent à alimenter les critiques. Richard Ferrand, président du groupe, est accusé de ne pas avoir assez battu le rappel de ses troupes contrairement à Christian Jacob. Mais l’éphémère ministre ne compte pas se laisser faire. Invité de CNews ce 24 janvier, il commence par s’insurger :

C’est faux ! L’hémicycle n’était pas vide, il était insuffisamment peuplé !

Deuxième argument : la faute aux médias. Il continue :   

Vous savez aussi… J’ai lu dans toute la presse allemande ce qui a été écrit sur le discours qu’a tenu François de Rugy. J’ai regardé, j’ai cherché ce qui a été écrit dans la presse française…

Sous-entendu : pas grand-chose. Il termine :  

Je crois plus globalement que nous ne sommes pas collectivement assez investis, assez motivés dans ce moteur franco-allemand. Le discours de monsieur Schäuble était un discours qui donnait un nouvel élan à l’Europe. C’est aussi au moment où la coalition allemande va se former pour embrasser les propositions européennes du président Macron. Nous étions à un moment, nous sommes à un moment historique, qui en effet méritait que l’opinion publique soit plus concentrée, qu’on attire son attention sur ce qui s’est passé…

Une faute collective mais pas trop la sienne en fait. Un moment à voir en vidéo : 



Il faut dire que les images du Bundestag plein pour François de Rugy lundi matin contrastaient avec celles de l’hémicycle français l’après-midi. La seule membre du gouvernement présente était Nathalie Loiseau, ministre chargée des Affaires européennes. Elle est même arrivée en retard.

Jean-Luc Mélenchon, invité au micro de RTL le 23 janvier, a dit avoir eu "honte" d'offrir aux Allemands l'image d'un hémicycle clairsemé pointant du doigt la responsabilité de LREM :

Le matin, madame Merkel était présente dans l'hémicycle, tous les députés allemands étaient là, et nous l'après-midi, nous étions 130 sur 577. C'est pas acceptable ! Mon groupe, nous sommes 17, mais au moins nous étions six présents. C'est LREM qui n'était pas là. C'est une bonne partie de la droite. Et tout ça pourquoi ? Parce que monsieur le président de Rugy organisait ça en dépit du bon sens. Franchement, je vais vous dire, eh beh j'avais honte ! J'étais horriblement gêné, comme plein de gens, de voir cet hémicycle vide.

Pour mieux visualiser la double scène, voici ci-dessous une photo du Bundestag tweetée par François de Rugy et une de l'Assemblée diffusée par le député frontiste Ludovic Pajot.







#

Du rab sur le Lab

PlusPlus