Accusé de sexisme, cet élu se défend en expliquant qu'il "n'a que des femelles à la maison" (dont "20 poules")

Publié à 17h17, le 12 octobre 2017 , Modifié à 17h38, le 12 octobre 2017

Accusé de sexisme, cet élu se défend en expliquant qu'il "n'a que des femelles à la maison" (dont "20 poules")
Ces poules jugent assez durement les propos de Philippe Fasan © LUIS ROBAYO / AFP
Image Etienne Baldit


Il y avait le célèbre "je ne suis pas raciste, j'ai un ami noir". Nadine Morano avait innové avec un joli "je ne suis pas raciste, j'adore le couscous". Mais on franchit aujourd'hui un nouveau cap dans la course à la justification la plus foireuse du monde, avec un très inattendu "je ne suis pas sexiste, j'ai des poules".

Cette nouveauté est l'oeuvre de Philippe Fasan, adjoint à la maire LR de Montauban, Brigitte Barèges. Comme le rapporte France 3 Occitanie jeudi 12 octobre, le Parti communiste du Tarn-et-Garonne réclame la démission de cet adjoint chargé des quartiers, pour des propos tenus sur sa page Facebook. Supprimé depuis, le post en question se composait d'une simple citation, rapportée sur le réseau social par le porte-parole du PCF local capture d'écran à l'appui :

En chaque femme, il y a quelque chose de bien mais je dois l'introduire moi-même.


Auprès de nos confrères de France 3, Philippe Fasan se défend de tout sexisme. Et voici son argumentaire (promis, ce propos est retranscrit ici sans aucun trucage) :

C’est une citation. La phrase est entre guillemets. Sexiste moi ? A la maison, j’ai une femme, deux filles, deux chattes et 20 poules. Je n’ai que des femelles à la maison. Alors sexiste. Je ne vais pas m’excuser. Je n’ai rien fait de mal. Je n’ai pas violé des enfants. Pour moi Facebook est un espace de liberté et d’expression ou l’on peut rire et s’exprimer. Ce n’est pas le cas pour tout le monde et je le regrette. Je suis offensé. Je suis blessé.

"De tels propos sont honteux et méritent d'être condamnés avec la plus grande fermeté. Alors que 123 femmes sont mortes en 2016 sous les coups de leurs conjoints, que le sexisme ordinaire se propage dans toutes les strates de la société, il n'y pas de places pour la tolérance à l'égard de ceux qui s'expriment de telle manière", estime Thomas Portes, porte-parole du PCF du Tarn-et-Garonne, qui demande à la maire de Montauban de "prendre ses responsabilités dans les plus brefs délais" et de virer Philippe Fasan. Mais comme le rappelle France 3, "la démission d’un élu local doit émaner de l’élu lui-même et prend la forme d’une lettre adressé au Préfet du département".

Du rab sur le Lab

PlusPlus