Affaire Leonarda : le camp Valls s’en prend à la direction de Solférino

Publié à 17h44, le 17 octobre 2013 , Modifié à 17h53, le 17 octobre 2013

Affaire Leonarda : le camp Valls s’en prend à la direction de Solférino
Manuel Valls et Harlem Désir, en janvier 2013, à Paris (photo MaxPPP)
Image Antoine Bayet

Par

Les proches de Manuel Valls sont en colère contre la direction du Parti socialiste, qu’ils accusent de souffler sur les braises de l’affaire Leonarda, cette collégienne kosovare expulsée de France dans des conditions contestées, et dont le cas a ému le Parti socialiste

Selon les informations du Lab, le sénateur socialiste Luc Carvounas, également secrétaire national chargé des relations extérieures du parti, très proche du ministre de l’Intérieur et habituellement plutôt habitué à dégainer des grenades à destination de Jean-Luc Mélenchon, s’en est ainsi pris, ce jeudi 17 octobre, à des proches d’Harlem Désir, se prévalant du soutien de Manuel Valls.

Ainsi a-t-il adressé, ce jeudi dans la journée, à l’adresse de Mehdi Ouraoui, le directeur de cabinet de Harlem Désir, un SMS au ton très menaçant :

Le ministre de l’Intérieur te remercie de ton soutien, moi aussi, nous apprécions tes nombreux tweets.

Contacté par le Lab, Luc Carvounas s’étonne, assure que ce SMS "n’existe pas", et jure :

Il n’y a pas l’ombre d’une feuille de papier entre Harlem Désir et Manuel Valls.

Mercredi 16 octobre, Harlem Désir est pourtant monté très violemment au front sur ce dossier qui a embrasé le PS, assurant notamment, à l’occasion d’entretiens avec l’AFP et France Info :

Aujourd'hui, le gouvernement demande une enquête administrative urgente, c'est un premier pas.En attendant, Leonarda doit pouvoir revenir dans sa classe.

Sur ce point précis, Luc Carvounas avait pris une position totalement inverse, expliquant à Public Sénat que le retour de la jeune fille serait "un très mauvais signal de la part du gouvernement" :

Je pense que ce serait un très mauvais signal vis-à-vis des concitoyens que de dire que le gouvernement s’assoit sur ce que la justice décide.Ce serait un mauvais signal, on continuerait de nourrir les extrémismes et les populismes

Mehdi Ouraoui, de son côté, avait été l’un des premiers à évoquer, dans la nuit du lundi 13 au mardi 14 octobre, le dossier Leonarda sur Twitter :





Du rab sur le Lab

PlusPlus