L'affaire Leonarda met mal à l'aise le Parti socialiste

Publié à 20h23, le 15 octobre 2013 , Modifié à 22h10, le 15 octobre 2013

L'affaire Leonarda met mal à l'aise le Parti socialiste
(Maxppp).

Malaise au Parti socialiste. Le 9 octobre, une collégienne de 15 ans, Leonarda, a été arrêtée pour être expulsée vers son pays d'origine, le Kosovo. Avec ses parents et ses cinq frères et soeurs, la jeune fille faisait l'objet d'une obligation de quitter le territoire français après avoir été déboutée de ses demandes d'asile.

L'arrestation, rendue publique par RESF, a eu lieu alors que que Leonarda, élève de 3e au collège André Malraux de Pontarlier, dans le Doubs, était partie en excursion avec sa classe

"La maman a joint sa fille sur son téléphone portable pour lui dire qu'elle devait les rejoindre et l'adolescente est descendue du car scolaire où elle se trouvait, en toute discrétion. Elle a été prise en charge par les policiers et ramenée à sa mère avant de partir pour Lyon et de décoller avec sa famille en direction du Kosovo", raconte l'AFP d'après la préfecture. 

Selon les informations du Lab, le sujet a été évoqué au bureau national du Parti socialiste ce mardi 15 octobre au soir et a suscité l'émotion. 

Une arrestation qui choque bon nombre de responsables socialistes. Des députés du PS demandent des sanctions pour le préfet du Doubs, responsable de la mise en oeuvre de cette arrestation, et interpelle directement le ministre de l'Intérieur. 

Le prefet du Doubs n'est autre que Stéphane Fratacci, promu à ce poste en novembre 2012 après avoir été secrétaire général du ministère de l’Immigration sous Eric Besson

Pour Mathias Fekl, élu du Lot-et-Garonne, le préfet doitêtre "convoqué et lourdement sanctionné". Même message de la part de Sandrine Mazetier, députée de Paris, qui juge cette arrestation scandaleuse et injustifiable. Pouria Amirshahi considère lui que c'est "une violence faite à la République". 

A Libération, Laurence Rossignol, porte-parole du parti, déclare qu'au "bureau national, tout le monde était d’accord pour dire qu’il y a eu une bavure."

Le MJS demande lui aussi des explications directement au ministère de l'Intérieur, qui selon nos informations n'a pas encore répondu. 

Nous prions le ministre de l’Intérieur d’apporter des explications à cette affaire et de rassurer l’ensemble des humanistes en affirmant que des policiers ne peuvent pas arrêter des élèves dans le cadre scolaire. De tels actes seraient un révélateur du manque de changement en terme de politique migratoire depuis la triste période Hortefeux-Guéant-Besson-Sarkozy.

Le président des MJS, Thierry Marchal-Beck, réclame sur Twitter à Manuel Valls la régularisation de toute la famille de Leonarda. 

Dès lundi soir, Mehdi Ouraoui, directeur de cabinet de Harlem Désir, qualifiait sur Twitter cette arrestation "d'insupportable". 

Mise à jour 22h : ajout des propos de Laurence Rossignol et de Mehdi Ouraoui. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus