Agression de Clément Méric: c'est la faute aux jeux violents, dit Bernard Debré

Publié à 11h40, le 06 juin 2013 , Modifié à 11h40, le 06 juin 2013

Agression de Clément Méric: c'est la faute aux jeux violents, dit Bernard Debré
Bernard Debré sur BFMTV le 20 novembre 2012 (capture d'écran)

REDUCTIO AD VIDEO GAMING - L'agression dont a été victime Clément Méric, frappé par des militants présentés comme des "skinheads", selon les termes de François Hollande, et qui a plongé le jeune étudiant de 19 ans, c'est un peu la faute des "jeux hyper violents", explique le député UMP de Paris, Bernard Debré, dans une réaction qu'il publie sur son blog, ce jeudi 6 juin.

Le député UMP attribue cette agression à un climat de "violence", et qu'il juge insupportable. Parmi les explications de cette violence, l'une est "idéologique", selon le député UMP.

Mais l'autre est plus surprenante: Bernard Debré explique en effet que les "jeux", et plus particulièrement les jeux "hyper-violents", ont leur part de responsabilité:

"

Il est dramatique que cette violence règne. Elle a plusieurs raisons, plusieurs motivations et d’abord l’égarement idéologique de l’Extrême-droite et celui de l’Extrême-gauche.
Il faut aussi comprendre que tous les jeux hyper violents mis à la disposition des enfants qui, lorsqu’ils deviennent adultes, ont cette culture dramatique. On ne peut qu’être révolté par ce type d’action hyper violente.

"

Bernard Debré regrette également "l'amalgame", notamment développé par Pierre Bergé, consistant à établir un lien entre manifestations contre le mariage homo et cette agression.

Du rab sur le Lab

PlusPlus