Au Sénat, le groupe socialiste change de nom pour devenir le groupe socialiste et… républicain

Publié à 07h03, le 11 juin 2015 , Modifié à 07h04, le 11 juin 2015

Au Sénat, le groupe socialiste change de nom pour devenir le groupe socialiste et… républicain

TROLLING – Au Parlement, il n’y a désormais presque plus que des groupes républicains. A s'y perdre. Si à l’Assemblée nationale, quatre groupes sur six ont, dans leur appellation, le mot républicain, le Sénat est lui aussi contaminé.

Moins de deux semaines après le changement de nom de l’UMP en "Les Républicains", le groupe socialiste au Sénat semble verser dans une forme de gentille provocation sémantique. Ainsi, apprend-on au Journal officiel de ce jeudi 11 juin, que le groupe PS va désormais contenir le mot "républication" dans sa dénomination.

Au JO, il est ainsi écrit :

Groupe socialiste et apparentés : remplacer la dénomination de ce groupe par la nouvelle dénomination suivante : groupe socialiste et républicain.

Ce changement de nom fait suite à la mini-crise provoquée à l’Assemblée nationale par Christian Jacob, patron des députés LR. Ce dernier a refusé que son groupe, "UMP" devenu "Les Républicains", ait un acronyme, "LR" en l’occurrence, pour nom sur les documents officiels. En réponse, l’ensemble des groupes a perdu ses sigles usuels (RRDP, SRC, GDR…) et désormais, quatre groupes sur six au Palais Bourbon ont le mot "républicain" dans leur dénomination.

Au Sénat, le 2 juin, le groupe UMP avait modifié son nom pour devenir, à son tour, le groupe Les Républicains.

En changeant le nom de son parti, Nicolas Sarkozy espérait laisser derrière lui les jeux de mot type "UMPS" et ne voulait pas que sa formation soit réduite à un sigle, type "LR". Raté. Complètement raté puisque, outre les bisbilles technico-sémantiques au Parlement, le FN, via Florian Philippot et son "RPS" (lire "herpès) ou le PS, via Claude Bartolone et son "LR, la droite, elle erre", ont déjà trouvé une manière de moquer la nouvelle formation de droite. Et ce n'est surement pas fini.

Du rab sur le Lab

PlusPlus