Audrez Azoulay accuse la CGT de "dévoyer le droit de grève" en bloquant la parution de journaux

Publié à 15h51, le 27 mai 2016 , Modifié à 15h52, le 27 mai 2016

Audrez Azoulay accuse la CGT de "dévoyer le droit de grève" en bloquant la parution de journaux
la ministre de la Culture et de la Communication Audrez Azoulay. © BERTRAND GUAY / AFP
Image Victor Dhollande-Monnier


Voici un nouveau blocage qui indigne le gouvernement. Après une grève de la CGT, tous les quotidiens, à l’exception de L’Humanité, n’ont pas pu paraître jeudi 26 mai. Le syndicat exigeait que les journaux publient un de leurs tracts sous peine de ne pas être imprimés.

A chacun son tour. Après la ministre du Travail, la ministre de la Culture et de la Communication. "Si c’est vrai, c’est scandaleux", a expliqué jeudi sur France 5 Myriam El Khomri. Vendredi, Audrey Azoulay lui emboite le pas. Invitée de France Culture, elle a dénoncé un "dévoiement du droit de grève" :

Le droit de grève est un droit constitutionnel, mais la liberté de l'information aussi. [...] C'est un dévoiement du droit de grève si c'est vraiment la conséquence du refus de publier un tract.

Les ministres ne sont pas les seules à réagir à cette non-parution des quotidiens. Le député PS Alexis Bachelay a notamment regretté que le "pluralisme soit bafoué".

Plusieurs responsables de quotidiens ont également dénoncé un "chantage" et une exigence "scandaleuse" de la CGT, qui avait demandé aux journaux de publier une tribune du patron de la CGT Philippe Martinez. Laurent Joffrin, directeur de Libération, a fustigé vendredi dans les colonnes de son journal "un dérapage inadmissible" du premier syndicat en France.

Du rab sur le Lab

PlusPlus