Ces trois polémiques qui ont suivi l'élection de Laurent Wauquiez à la présidence de Rhône-Alpes-Auvergne

Publié à 17h05, le 05 janvier 2016 , Modifié à 17h36, le 05 janvier 2016

Ces trois polémiques qui ont suivi l'élection de Laurent Wauquiez à la présidence de Rhône-Alpes-Auvergne
Laurent Wauquiez © AFP

Laurent Wauquiez a été officiellement élu président de la nouvelle région Rhône-Alpes-Auvergne, lundi 4 janvier. Voilà. Le numéro 2 de Les Républicains entend "dépoussiérer" le fonctionnement de la région. Cela était prévu mais "cela" n'a pourtant pas été de tout repos. Trois faits ont retenu l'attention du Lab, trois polémiques nées dans les minutes suivant l'accession de Laurent Wauquiez à la tête de la région :

 

  • Celui qui voulait armer les députés nommé vice-président à la sécurité

L'intitulé de la vice-présidence "sécurité, partenariats internationaux, chasse et pêche" est déjà surprenante en soi. Voire inédite…

Ce qui est encore plus étonnant, c'est que cette vice-présidence soit confiée à… Philippe Meunier. Réputé pour ses provocations, le député LR du Rhône faisait partie de ces élus qui envisageaient, après les attentats du 13 novembre, d’accorder aux parlementaires le droit de porter une arme. C'est donc lui qui sera chargé des dossiers de sécurité dans la région.

 

  • L'Ardèche dehors

Le député PS de l'Ardèche Olivier Dussopt est quelque peu contrarié. Aucun des 15 vice-présidents désignés par la nouvelle équipe n'est issu de son département. Ce proche de Martine Aubry s'est énervé, lundi, sur Facebook. Il a écrit :

"

Celui-ci s'était même présenté comme le candidat de la ruralité. Il est président depuis cet après-midi et pour la première fois depuis des années, l'Ardèche n'a pas de vice-président alors qu'il y en a 15 pour 12 départements. Drôle de preuve d'amour pour la ruralité...

 

"

 

  • Sexiste et réducteur ? 

15 vice-présidents, dont 7 femmes. Jusqu'ici, la parité est plutôt bien respectée. Cependant, les vice-présidentes semblent quand même moins bien classées que leur collègues dotés d'un pénis. Les 8 premiers vice-présidents de la nouvelle région Rhône-Alpes-Auvergne seraient des hommes : Étienne Blanc, Brice Hortefeux, Éric Fournier, Martial Saddier, Patrick Mignola, Philippe Meunier, Yannick Neuder et Nicolas Daragon. Les femmes seraient de fait reléguées aux places suivantes : Bétrice Berthoux, Juliette Jarry, Émilie Bonnivard, Martine Guibert, Stéphanie Pernod Beaudon, Florence Verney-Caron et Marie-Camille Rey.

Caroline De Haas, activiste féministe, ancienne porte-parole d'Osez le féminisme et ex-conseillère de Najat Vallaud-Belkacem au ministère des Droits des femmes, s'en est émue :

Sauf que cette liste ne correspond pas à l'ordre protocolaire tel que présenté sur le site de la région :

 


Du rab sur le Lab

PlusPlus