Pour décrédibiliser l'opposition à la loi El Khomri, Dominique Reynié parle du FN

Publié à 11h45, le 29 février 2016 , Modifié à 15h31, le 29 février 2016

Pour décrédibiliser l'opposition à la loi El Khomri, Dominique Reynié parle du FN
Dominique Reynié © AFP
Image Le Lab

Julien Vallet pour

LA LOGIQUE - Il y a des enchaînements de pensée plutôt étonnants. Invité sur BFMTV ce 29 février, Dominique Reynié a convoqué le Front national pour justifier son soutien à la loi El Khomri. Alors qu'une pétition lancée par les opposants à ce projet de loi très controversé a déjà recueilli plus de 750 000 signatures, le candidat LR malheureux aux régionales en Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées a créé, lui, sa propre contre-pétition. Intitulé "Oui à la Loi Travail ! Non au chômage !" cette pétition qu'il a lancé "seul, dans son petit bureau, vendredi soir" a rassemblé jusqu'ici 9000 signataires.

Ironie du sort, la loi El Khomri a déjà reçu le "baiser de la mort" d'autres personnalités de droitecomme Benoist Apparu ou Nathalie Kosciusko-Morizet qui lui ont donné leur aval. De leur côté, ce sont des personnalités de gauche, telles que Caroline De Haas, proche de Benoît Hamon, qui se sont dressés contre via la pétition "Loi travail : non merci!". Mais pour Dominique Reynié, plus embarrassant, c'est quand même le soutien du FN à leur initiative. Comme l'explique l'enseignant à Sciences Po Paris :



Ca leur fera pas très plaisir mais ils sont fortement soutenus par le Front national. Le Front national est parti en guerre contre ce projet de loi de la même façon que cette espèce de monde de la protestation qui n'a pas bougé, qui est resté silencieux, heureux, satisfait alors que le chômage de masse augmentait.

Quoi de plus simple pour décrédibiliser l'opposition à un projet de loi que de faire le lien avec la formation de Marine Le Pen ? Lors d'un chat organisé sur Facebook le 26 février, la présidente du FN avait en effet critiqué une "loi sur la dérégulation du travail" qui correspond à "la feuille de route de Bruxelles". Cependant, Dominique Reynié n'a pas la preuve formelle que les militants frontistes signent la pétition de Caroline De Haas mais il croit voir un signe dans les attaques de la fachosphère à son encontre.



- Dominique Reynié : Ce que je dis, c'est que le Front national s'est joint à cette opposition...

- Journaliste :...et "signe" en quelque sorte cette pétition.

- Dominique Reynié : Sur les réseaux sociaux, depuis que j'ai lancé la pétition, je suis l'objet de trolls, d'attaques nombreuses qui viennent de l'extrême gauche comme du Front national. (...)

- Journaliste : Est-ce que vous pensez que les militants du Front national signent la pétition censée être une pétition de gauche ?

- Dominique Reynié : Ça, je peux pas le savoir parce que je peux pas le vérifier.

Il ne "peut pas le vérifier" mais ce n'est visiblement pas une raison pour ne pas faire le lien.

Du rab sur le Lab

PlusPlus