Danièle Obono refuse de commenter "sur la forme" la présence de Raquel Garrido sur le Snapchat de Jeremstar

Publié à 10h14, le 07 octobre 2017 , Modifié à 10h20, le 07 octobre 2017

Danièle Obono refuse de commenter "sur la forme" la présence de Raquel Garrido sur le Snapchat de Jeremstar
Danièle Obono, députée LFI. © Montage le Lab
Image Le Lab

Loïc Le Clerc pour

Parfois, il est dur d'assumer les boulettes de ses camarades. Par exemple, quand Raquel Garrido débarque sur le compte Snapchat de Jeremstar, youtubeur (notamment) célèbre pour ses interviews de candidats de téléréalité dans sa baignoire. L'avocate-journaliste venait démentir les révélations du Canard enchaîné sur ses cotisations retraite et, étrangement, aucune réaction d'Insoumis sur les réseaux sociaux. Pas même un petit retweet. La génance est totale.

Alors, quand Danièle Obono, députée LFI, est invitée sur franceinfo ce samedi 7 octobre, impossible d'échapper à la question qui fâche. On lui fait écouter un passage de ce moment de communication politique. La séquence se termine par des rires.

Question du journaliste : "Ça vous fait rire vous-aussi Danièle Obono ?". Réponse de la députée LFI :



Non. Je trouve ça terrible la manière dont Raquel a été victime de cet emballement médiatique.


Le journaliste rebondit de suite : "Elle a été victime selon vous ?". Danièle Obono continue son explication :



Oui. Tout d'un coup son nom se retrouve associé avec un soupçon sur son comportement en tant qu'avocate. La déclaration des services concernés qui disait qu'il y avait un certain nombre d'inexactitudes. [...] C'est cette réalité-là d'avocat, comme quoi nous avons dans notre mouvement des porte-paroles qui sont en prise avec la réalité, qui est de prendre du retard et de devoir gérer ça. [...] Il y a eu un manque de travail de la part d'un certain nombre de journalistes qui, plutôt que d'essayer d'expliquer et de comprendre, se sont lancés dans une attaque.


On notera au passage la belle tentative de renvoyer la faute sur les "journalistes", qui n'est pas sans rappeler de nombreux autres cas, le dernier en date émanant d'Emmanuel Macron qui, aux journalistes qui l'interrogeaient sur l'emploi du terme "bordel", avait rétorqué : "[Le bordel], c'est vous qui le mettez".

Mais revenons à nos moutons.

Le journaliste relance Danièle Obono sur "la forme", "un responsable politique à genoux en train de démentir une information d'un média sur Snapchat". Mais Danièle Obono ne répondra jamais vraiment sur la forme :

- Danièle Obono : A genoux… J'ai pas bien vu si elle était à genoux. C'est le fait d'utiliser un média-social un peu différent, alternatif, qui vous choque ? Ça ne s'est jamais vu mais ça va peut-être se voir de plus en plus.

- Journaliste : Pourquoi en rire ?

- Danièle Obono : Ah beh j'en sais rien. Ecoutez, je n'étais pas présente, je ne sais pas, peut-être qu'il y avait une conversation juste avant, euh, qui euh, voilà. Je… Faudrait demander à Raquel Garrido, vous me demandez de répondre à une situation où je n'étais pas présente. J'ai simplement entendu la réponse de Raquel Garrido et lu et vu les mises au point qui étaient nécessaires et c'est très bien que vous en parliez.

Voilà, on n’a pas grand-chose d’autre à en dire, alors on pose ça là.

LIRE AUSSI SUR EUROPE1.FR

Garrido (LFI) n'a pas payé ses cotisations retraite depuis six ans

Du rab sur le Lab

PlusPlus