David Rachline assure que le président par intérim du FN, Jean-François Jalkh, n'a pas commémoré la mort du maréchal Pétain

Publié à 11h28, le 26 avril 2017 , Modifié à 11h28, le 26 avril 2017

David Rachline assure que le président par intérim du FN, Jean-François Jalkh, n'a pas commémoré la mort du maréchal Pétain
David Rachline © AFP

Jean-François Jalkh assure l'intérim. Depuis que Marine Le Pen a décidé de se mettre en congé de la présidence du Front national pendant deux semaines, le vice-président du parti la remplace. Mais une telle exposition n'est pas sans risque. Depuis cette annonce, des archives ressortent et notamment des interrogations du frontiste sur le Zyklon B, le gaz utilisé par les nazis pour exterminer les juifs durant la Seconde guerre mondiale. Il y aussi cet extrait du Monde qui, en 1991, rapporte la présence de Jean-François Jalkh à l'église Saint-Nicolas du Chardonnet, à Paris, pour célébrer le 40e anniversaire de la mort du maréchal Pétain.

L'intéressé a démenti ces propos sur le Zyklon B.

 

Sur le 40e anniversaire de la mort du maréchal Pétain, pas de commentaires. David Rachline jure cependant le contraire ce mercredi 26 avril. Sur BFMTV, le directeur de campagne de Marine Le Pen défend Jean-François Jalkh et assure qu'il n'était pas à la commémoration de la mort du maréchal Pétain. Ses réponses aux questions de Jean-Jacques Bourdin laissent place à peu de doute :

"

-          Jean-Jacques Bourdin : Est-ce qu'il a commémoré en 91 la mort de Philippe Pétain ? Oui ou non ?  



-          David Rachline: Non.



-          Jean-Jacques Bourdin : Comment non ?



-          David Rachline : Non. Et c'est une atteinte à son honneur.



-          Jean-Jacques Bourdin : Mais il y était à Saint-Nicolas du Chardonnet



-          David Rachline : Ça c'est vous qui le dites. Lui il dit le contraire. C'est une atteinte à son honneur que de faire croire le contraire.

"

Et David Rachline de dresser un portrait très élogieux de Jean-François Jalkh. "Au cours de sa vie politique, il n'a jamais été mise en cause pour ce type de propos, pour ce type de sujets. Au contraire, c'est un homme parfaitement droit qui a beaucoup de valeurs", assure le sénateur FN.

Un extrait découpé par RMC voir ci-dessous en vidéo :

Contacté par le Lab, Jean-François Jalkh n'a pas répondu à nos sollicitations.

Membre du FN depuis 1974, Jean-François Jalkh fut l'un des députés frontistes élus en 1986 grâce à la proportionnelle instaurée par François Mitterrand. 

Il est aujourd'hui mis en examen pour "escroqueries, abus de confiance et acceptation par un parti politique d'un financement provenant d'une personne morale" dans le cadre de l'affaire Riwal.

Du rab sur le Lab

PlusPlus