Rechercher

Le monsieur médias de l'UMP regrette que Florence Cassez soit "starifiée"

Le monsieur médias de l'UMP regrette que Florence Cassez soit "starifiée"
David-Xavier Weiss, alors chef du cabinet de Roger Karoutchi, en mars 2009. (MaxPPP)

OPPOSITION - Un "son de cloche un peu différent" comme l'a pudiquement qualifié Jean-Marc Morandini. David-Xavier Weiss, le secrétaire national de l'UMP chargé des médias a livré ce vendredi 25 janvier sur les ondes d'Europe 1 une longue charge contre Florence Cassez en lui reconnaissant des "conditions [d'emprisonnement] très difficiles" et "un procés pas équitable" mais en regrettant qu'elle "ne purge pas sa peine". Contacté par le Lab, la direction de l'UMP répond que c'est là "sa position personnelle".

Dans le détail :

Ce vendredi matin, celui dont le titre exact est "secrétaire national de l'UMP en charge des industries de la presse" a développé ouvertement ses arguments contre celle qui est revenue en France jeudi après sept ans d'emprisonnement au Mexique pour des enlèvements qu'elle a toujours niés :

On est en train de starifier une personne qui finalement a été condamnée plusieurs fois par la justice mexicaine.C'est vrai qu'elle a été détenue dans des conditions très dures et très compliquées.C'est d'ailleurs pour ça que la justice mexicaine - sous pression diplomatique et politique - l'a libéré. 

Celui qui est aussi conseiller municipal à Levallois-Perret, la ville des Balkany, poursuit. David-Xavier Weiss regrette qu'il n'y ait "pas eu de procès pour les familles de victimes" :

En France, on est très attachés à la défense des familles des victimes et là ce n'est pas le cas. On est en train de faire venir une personne qui était en prison, qui clamait son innocence comme il y en a beaucoup en France.

Le trentenaire conseille alors au chef de l'État de téléphoner à "toutes les personnes qui en France se disent victimes d'erreur judiciaires et innocentes dans les prisons". "Dans les prisons françaises il y a plein de personnes qui se disent innocentes comme elle" martèle-t-il. 

Interrogé sur la mise en scène de l'arrestation de Florence Cassez en 2005, David-Xavier Weiss répond :

Visiblement, madame Cassez aime bien les médias. Donc, de toute façon, cela ne devrait pas l'embêter.Elle a un plan de com assez bien ficelé. Je lui prévois plusieurs livres et j'imagine qu'elle sera star d'une présentation de télé réalité.

Le monsieur médias de l'UMP regrette également que "toute la semaine, elle [ai] fait les JT de 20 heure, tous les soirs" et délivre un conseil aux journalistes : 

Les médias n'ont pas de recul, ni d'analyses sur ce qu'elle a fait vraiment et sur sa part de responsabilité. Il n'y a pas eu de procès sur le fond mais un procés sur la forme. [...]Je souhaiterais que les médias enquêtent sur l'affaire. [...]Si vous allez au Mexique, vous verrez 80% de la population mexicaine considère qu'elle est coupable et qu'elle n'a pas eu un traitement finalement équitable aujourd'hui puisqu'on la starifie. Aujourd'hui c'est une héroïne,  et c'est loin d'être le cas. Ce n'est pas une otage française. Loin de là. 

Interrogé sur ces déclarations par Le Lab, l'entourage du président de l'UMP commence par rappeller la position du parti. Cette libération est un "grand bonheur". 

Puis ce collaborateur de Jean-François Copé se fait cinglant :  

David Xavier-Weiss est libre de parler comme les 300.000 adhérents de l'UMP et les presque 200 secrétaires nationaux. Mais c'est sa position personnelle et il n'y a qu'une seule position sur Florence Cassez à l'UMP. Nous sommes heureux qu'elle soit rentrée.

Et ce copéiste de rappeler, pour que les choses soient limpides :  

Vous savez, pour l'instant, le nouvel organigramme détaillé n'est pas encore défini. Il est secrétaire national aux médias par intérim.

A lire aussi sur Le Lab :

Un dossier suivi de près par Valérie Trierweiler

> La droite dit merci Sarkozy

Du rab sur le Lab