Bertrand Delanoe raconte la Dalida politique

Publié à 17h14, le 24 octobre 2012 , Modifié à 17h29, le 24 octobre 2012

Bertrand Delanoe raconte la Dalida politique
(France 2)

De Dalida, le grand public connait bien Gigi L'Amoroso ou Bambino. Mais mercredi soir, dans l'émission Un jour un destin, diffusée sur France 2 à partir de 20h20, Bertrand Delanoë raconte aussi la Dalida plus politique. Un volet moins connu de l'artiste. 

Dans un documentaire sur l'artiste, le maire de Paris explique qu'il a fait sa rencontre avec Dlida en compagnie de "la bande du XVIIIe" (Daniel Vaillant et Lionel Jospin, ndlr), mais aussi Max Guazzini et Orlando.  

Il évoque une femme engagée politiquement, admirative de François Mitterrand :

"

Dalida n'était pas une femme d'esprit partisan, elle n'était pas proche d'un parti. Elle se définissait comme gaulliste, sa famille était gaulliste. Simplement elle avait une immense admiration pour François Mitterrand. 

"

L'origine de son rapprochement avec François Mitterrand tient à la prise de position du socialiste contre la peine de mort. A une période où la population française n'était pas majoritairement favorable à son abolition : 

"

Elle appréciait les valeurs qu'il portait. Je me souviens de ce qu'elle me disait du passage où François Mitterrand disait qu'il abolirait la peine de mort, avant l'élection, alors qu'une majorité de Français n'étaient pas pour. Ca avait forcé son admiration. 

"

Mais il regrette que l'après-81 ait été dur pour la chanteuse. "Il y a eu beaucoup de méchancetés à son égard", glisse-t-il. Elle a sans doute payé son soutien à François Mitterrand, qui a divisé le public. 

Alors qu'elle avait décidé de mettre sa carrière entre parenthèse, les ténors du Parti socialiste qui étaient encore à ses côtés se faisaient rares, commente Bertrand Delanoë, un de ses amis proches.

C'est à ce moment qu'elle est apparu en 1983 faisant la bise à Jacques Chirac, "un moment bien organisé par notre amie Line Renaud", précise le maire de Paris, avec une certaine ironie. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus