DOCUMENT - Des conseillers régionaux FN écrivent à Nicolas Bay pour se plaindre de Florian Philippot

Publié à 17h02, le 20 septembre 2017 , Modifié à 17h13, le 20 septembre 2017

DOCUMENT - Des conseillers régionaux FN écrivent à Nicolas Bay pour se plaindre de Florian Philippot
© DR

C'est un feuilleton dont tout le monde semble connaître l'issue. Et pourtant, chaque jour amène son lot d'événements, en attendant le suivant. La guerre est désormais ouverte au Front national entre Florian Philippot et les autres. Et cela ne concerne pas que l'échelon national.

Le 9 septembre, douze élus FN de la région Grand-Est sur les 46 que compte le groupe frontiste ont écrit au secrétaire général du parti Nicolas Bay. L'objet de leur missive est simple : se plaindre très ouvertement et très officiellement de la gestion du groupe tel qu'opérée par leur président de groupe, Florian Philippot. En cause, notamment, l'existence même du mouvement Les Patriotes, présidé par Florian Philippot malgré les directives de Marine Le Pen. Les conseillers régionaux écrivent :

Un problème majeur de communication d’abord. En effet même si nous avons tous été élus sur une liste Front National/RBM, nous avions, à l’époque, signé notre appartenance à un groupe dénommé 'Les patriotes FN'. Or, à cette époque l’association 'les Patriotes' n’existait pas. Aujourd’hui cette association existe et nous sommes tous associés à ce micro-parti alors que nous ne le souhaitons pas.

 

Les élus du Grand-Est dénoncent également l'absentéisme de Florian Phillippot. Ils regrettent par exemple que, du fait de l'"agenda certainement bien rempli" du vice-président du FN, les réunions de travail préalables aux sessions plénières "se tiennent une heure seulement avant le commencement de celles-ci".

Ils ajoutent :

De façon générale notre Président ainsi que les Vice-Présidents sont souvent physiquement indisponibles. Monsieur Philippot part de l’assemblée le plus souvent après une heure ou deux de présence. Au-delà du simple fait de nous discréditer au sein du Conseil Régional cette attitude a également une incidence sur le groupe. En effet, globalement nous assistons à une baisse de motivation des élus car ceux-ci se sentent peu considérés.

 

Au Lab, un élu proche de Marine Le Pen confirme ce sentiment. "Ils le voient assister deux heures aux réunions puis retourner à Paris. Deux heures plus tard, ils découvrent un tweet de Florian Philippot depuis une fête foraine. Forcément, ils sont remontés", dit-on. Et l'absentéisme n'est pas le seul problème. "Globalement les dirigeants du groupe ne maîtrisent pas les problématiques régionales et donnent l’impression de ne pas s’y intéresser. Cela nuit à la crédibilité du Front National", ajoutent encore les élus dans leur missive, à consulter dans son intégralité ci-dessous :

   Courrier Groupe CR Grand Est by SylvainChazot on Scribd

Contacté, Florian Philippot n'a pas souhaité répondre à nos questions.

Cette lettre envoyée à Nicolas Bay témoigne du climat à couteaux tirés existant actuellement au sein du FN. Marine Le Pen et Florian Philippot s'écharpent depuis plusieurs jours par médias interposés. La première demande instamment au second de démissionner de la présidence des Patriotes, ce que ce dernier refuse.

"Il a un côté ado pas fini, commente auprès Lab Sébastien Chenu. Depuis qu'il est au FN, dès qu'on lui disait 'non', Florian se mettait à se rouler par terre, à bouder, comme un enfant. Ça ne marche plus." De son côté, Louis Aliot dénonce auprès du Lab "la paranoïa" et "le nombrilisme" de Florian Philippot. Ce mercredi 19 Septembre, un nouvel élu est entré dans la danse : Wallerand de Saint-Just. Le président du groupe FN à la région Île-de-France juge "incompréhensible" l'obstination de Florian Philippot à ne pas vouloir quitter la présidence des Patriotes. 

#

Du rab sur le Lab

PlusPlus