Ecotaxe : le jour où Marylise Lebranchu a décidé en direct de ne pas faire de langue de bois

Publié à 09h56, le 01 novembre 2013 , Modifié à 09h56, le 01 novembre 2013

Ecotaxe : le jour où Marylise Lebranchu a décidé en direct de ne pas faire de langue de bois

INSTANT RADIO – "Non, je n’attaque pas la droite." Mais en fait, si, elle le fait. Et le reconnait. Revenant sur la polémique de l’écotaxe en Bretagne, Marylise Lebranchu a mis en cause la responsabilité de la précédente majorité UMP. Et notamment la signature d’un partenariat public-privé, déjà dénoncé notamment par François Rebsamen.

En direct sur Europe 1, ce vendredi 1er novembre, la ministre de la Fonction publique a décidé de laisser tomber la langue de bois.

"On a compris que vous attaquiez la droite", lui est-il opposé. 

La ministre réplique alors :

"

Non, je n’attaque pas que la droite...

"

Avant de se raviser…

"

Oui, oui, vous avez raison. Ce n’est pas la peine effectivement d’avoir la langue de bois.

"

Et d’embrayer, après avoir salué la décision de Jean-Marc Ayrault de suspendre l’écotaxe, qui est "un geste de responsabilité, pas de recul", selon elle :

"

En appeler à des manifestations quand le Premier ministre a déjà ouvert la porte des négociations, je ne suis pas sure que ce soit responsable…

"

Langue de bois remise au placard, Marylise Lebranchu, une proche de Martine Aubry, s’en prend ouvertement aux parlementaires de l’UMP, qui ont boycotté la réunion organisé sur la question à Matignon. Et souligne, par comparaison, la bonne volonté du député UDI, Thierry Benoit :

"

Je veux parler des parlementaires UMP bretons qui ont claqué la porte du préfet de région. Ce n’est pas très républicain.

Je salue à coté de ça le député Benoit qui est venu et qui était le seul député ayant soutenu l’ancienne majorité à la table ronde que le Premier ministre a tenu à faire avec tous les parlementaires bretons.

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus