Elections régionales: selon Marine Le Pen, Xavier Bertrand veut profiter de sa "force ascendante"

Publié à 07h51, le 29 juin 2015 , Modifié à 07h58, le 29 juin 2015

Elections régionales: selon Marine Le Pen, Xavier Bertrand veut profiter de sa "force ascendante"
© images AFP

MODESTIE - La fin du non-supense est prévue pour demain, mardi 30 juin. Marine Le Pen tiendra une conférence de presse à Arras lors de laquelle elle devra annoncer sa décision pour les régionales en Nord-Pas-de-Calais-Picardie. Si certains de ses proches, comme Gilbert Collard, lui conseillent de ne pas y aller, la présidente du FN devrait bien se lancer. Et en attendant de pouvoir arrêter de parler au conditionnel, l'eurodéputée continue d'attaquer son futur concurrent, le député LR Xavier Bertrand.

Dans Le Parisien de ce 29 juin, on peut lire une nouvelle théorie de la part de la leader frontiste: en réalité, Xavier Bertrand "rêve" de ce duel qui lui offrirait une forte visibilité médiatique. Et Marine Le Pen de disserter sur sa formidable "force ascendante" qui ferait office pour le candidat à la primaire de 2016 de "parachute ascensionnel". Elle explique :

"

Xavier Bertrand rêve juste que j'y aille pour profiter d'un effet parachute ascensionnel, c'est-à-dire que la force ascendante que je représente lui permette de décoller du sol. Car tout le monde sait très bien qu'il se sert uniquement de cette élection pour essayer de se donner une petite notoriété dans la perspective de la primaire à droite en 2016.

"

La présidente frontiste pas-encore-candidate a par ailleurs déjà préparé une série d'arguments contre son futur adversaire. Son entourage, Florian Philippot en tête, prédit à Xavier Bertrand un destin à la "Jean-Luc Mélenchon" lors des législatives de 2012 à Hénin-Beaumont :

"

En se croyant sur un ring de boxe, le candidat de l’UMP ne se rend pas compte qu’il risque de sortir KO assez vite ; un peu comme Mélenchon à Hénin-Beaumont !

"

Xavier Bertrand n'est pas non plus avare en théories. Selon lui, Marine Le Pen va se présenter aux régionales pour "ne pas laisser sa nièce en haut de l'affiche", tête de liste en région PACA. Il a également prévu de l'attaquer sur son côté "hors sol". Début mai, il lançait auprès du JDD :

 

"

Elle n'aime pas la région, elle n'y vit pas et on ne l'y voit jamais.

"

Une attaque relayée par son fidèle Gérald Darmanin dans Le Parisien de ce 29 juin :

"

La région, elle ne la connaît que par la vitre du Thalys, quand elle fait le trajet Montretout-Bruxelles en première classe.

"

 

Du rab sur le Lab

PlusPlus