François Hollande ne va pas "partir aux champignons fin mai", selon Jean-Christophe Cambadélis

Publié à 10h56, le 17 février 2017 , Modifié à 10h58, le 17 février 2017

François Hollande ne va pas "partir aux champignons fin mai", selon Jean-Christophe Cambadélis
François Hollande © PATRICK KOVARIK / AFP
Image Etienne Baldit


"Vous aurez remarqué que je n’ai pas annoncé mon retrait de la vie politique." Cette confidence de François Hollande à ses proches était rapportée par Le Point fin décembre. S'il n'est pas candidat à sa succession, le chef de l'État aurait encore des projets sur la scène nationale et internationale. Et il faudrait donc s'attendre à le voir occuper un rôle à l'avenir, contrairement à ce que sa renonciation aurait pu laisser penser.

Dans L'Obs jeudi 16 février, plusieurs proches de François Hollande et ministres anonymes affirment que le Président est plus actif que jamais, qu'il gouverne tous azimuts... même si on ne s'en rend pas vraiment compte du fait du peu d'intérêt médiatique qu'il suscite désormais. Et le patron du PS, Jean-Christophe Cambadélis, assure en on et dans un langage fleuri que Hollande ne va pas disparaître une fois le nouveau Président désigné :

Ceux qui l'imaginent partir aux champignons fin mai vont être déçus.

"Camba" ajoute :

François Hollande restera sur la photo, en deuxième ligne peut-être. Mais il appliquera le principe de François Mitterrand : toujours rester à flot pour prendre le flux. Il a la politique dans le sang. Elle n'est pas près de le quitter.

Il se dit par exemple que le chef de l'État lorgnerait sur le poste de président du Conseil européen, qui se libérera fin mai avec le départ de Donald Tusk. Et L'Obs affirme qu'une fois parti de l'Élysée, François Hollande "va lancer une fondation pour l'innovation sociale, dans la foulée de l'opération 'La France s'engage', mouvement valorisant les initiatives citoyennes, qu'il avait initié avec Martin Hirsch au cours de son mandat".





À LIRE SUR LE LAB :

Ce que François Hollande pourrait faire en 2017 après l’Elysée

Un mois et demi après son renoncement, Hollande pense qu'il "aurait dû" avoir "d'autres prétentions"

Du rab sur le Lab

PlusPlus