Jean-Christophe Cambadélis se dit "pour un anti-lepénisme décomplexé"

Publié à 09h27, le 04 décembre 2015 , Modifié à 09h27, le 04 décembre 2015

Jean-Christophe Cambadélis se dit "pour un anti-lepénisme décomplexé"

Jean-Christophe Cambadélis serait-il l’avatar d’une fusion entre Nicolas Dupont-Aignan et Jean-François Copé ? Du président de Debout la France, le patron du PS reprend l’idée du "aujourd’hui, on ne peut plus rien dire". De l’ancien président de l’UMP sur le retour, il récupère le côté décomplexé assumé pour qualifier son "anti-lepénisme".

En croisade contre le Front national dans les derniers jours précédant le premier tour des élections régionales, le Premier secrétaire du PS poursuit son travail de sape, après avoir déjà estimé que le FN, c’était "le retour de Vichy", et comparé le traitement des juifs sous Vichy à celui des musulmans par le parti frontiste aujourd’hui.

Invité de BFM TV-RMC ce vendredi 4 décembre, le député PS de Paris, qui a appelé à la mobilisation électorale pour faire face à la montée du parti d’extrême droite - "s'abstenir, c'est voter FN" -, affirme qu’il "n’a pas l’anti-lepénisme honteux". Bien au contraire. "L’idéologie du FN est une idéologie vichyste", insiste-t-il avant de lancer :

"

Je suis pour un anti-lepénisme décomplexé. Aujourd’hui, on a plus le droit de rien dire. Moi je les nomme.

"

Aussi dresse-t-il un parallèle continue avec les années 30 et la montée des nationalismes en Europe. "Il y a quelques éléments de comparaison" avec cette décennie, assure-t-il, pointant non pas "la société" mais "le discours du Front national".

Le 3 décembre, sur iTélé, Jean-Christophe Cambadélis avait estimé qu’avec ses propos, Marine Le Pen avait déclaré "la chasse aux musulmans ouverte".

Du rab sur le Lab

PlusPlus