Jean-Jacques Urvoas (PS) revendique s’être "inspiré de Gandhi" pour préparer la loi sur le renseignement

Publié à 19h08, le 25 juin 2015 , Modifié à 19h22, le 25 juin 2015

Jean-Jacques Urvoas (PS) revendique s’être "inspiré de Gandhi" pour préparer la loi sur le renseignement
Le "Mahatma" Gandhi et Jean-Jacques Urvoas © Montage AFP / Le Lab
Image Ghislain de Violet


C’est une analogie qu’on n’aurait pas forcément attendu dans la bouche de Jean-Jacques Urvoas. Dans la soirée du mercredi 24 juin, quelques instants avant l’adoption définitive par les députés du très controversé projet de loi sur le renseignement, son rapporteur a placé le texte sous les auspices de… Gandhi.

Balayant à la tribune de l’hémicycle les objections sur de "prétendues atteintes aux libertés publiques", Jean-Jacques Urvoas a répété que le projet de loi, en créant un cadre juridique clair pour les services de renseignement, constituait "un progrès de l’état de droit".

Jusqu’ici, rien que de très habituel. En revanche, les quelques mots glissés à la fin de son intervention, repérés notamment par le journaliste Rémi Clément, peuvent surprendre. Vantant sa méthode de dialogue avec les députés, le président PS de la commission des Lois a déclaré dans un sourire :

Je me suis inspiré de Gandhi, qui affirmait que son exigence pour la vérité lui avait enseigné la beauté du compromis.

L’apôtre de la résistance pacifique, le père de l’indépendance indienne et le député du Finistère, même combat ? Le rapprochement risque de faire rire (jaune) les opposants à la loi renseignement, qui accusent le gouvernement de permettre une surveillance généralisée des citoyens au prétexte de la lutte contre le terrorisme.

À moins que la formule de Jean-Jacques Urvoas ne contienne un double-sens… Ne faudrait-il pas plutôt y voir un clin d’œil ironique à "Gandi", l’un des plus gros hébergeurs français ? Cette société (qui a d’ailleurs géré l’enregistrement du nom de domaine du blog personnel de Jean-Jacques Urvoas, tiens, tiens…) s’est fortement mobilisée ces dernières semaines contre la loi renseignement, en particulier contre les dispositions qui permettront aux autorités de capter en temps réel des données de connexions via les infrastructures des hébergeurs.

Du rab sur le Lab

PlusPlus