Jean-Marc Ayrault vote pour la réforme constitutionnelle à laquelle il s'opposait en décembre

Publié à 19h11, le 10 février 2016 , Modifié à 19h15, le 10 février 2016

Jean-Marc Ayrault vote pour la réforme constitutionnelle à laquelle il s'opposait en décembre
Jean-Marc Ayrault et Manuel Valls © AFP

GIROUETTE - Comme 164 autres députés du groupe socialiste, républicain et citoyen, Jean-Marc Ayrault a voté pour le projet de loi sur la réforme constitutionnelle. Il n'est pas le seul : 317 députés ont fait ce choix, mercredi 10 février.

Pourtant, Jean-Marc Ayrault faisait partie de cette "partie de la gauche qui s'égare au nom de grandes valeurs", vilipendée par Manuel Valls fin décembre dans le JDD. Dans l'hebdomadaire, le Premier ministre défendait la déchéance de nationalité pour les binationaux nés en France et condamnés pour terrorisme ; il avait également cité l'historien Pierre Nora : "La France est en péril de paix".

Et voici ce que son prédécesseur à Matignon lui avait répondu sur Twitter :

 

"

Si la France est "en péril de paix", alors ne la divisons pas davantage !

"

Pour le coup, Jean-Marc Ayrault faisait preuve d'une certaine cohérence. En 2010, alors président du groupe PS à l'Assemblée nationale, il s'était déjà opposé à la déchéance de nationalité proposée par Nicolas Sarkozy lors de son *célèbre* discours de Grenoble. "La déchéance de nationalité est absurde et inefficace. Un crime est un crime. Un criminel est un criminel. Un Français est un Français", avait-il estimé à l'époque.

Ce mercredi, Jean-Marc Ayrault a donc changé d'avis et a décidé de voter pour la réforme constitutionnelle, et son article 2 à propos de la déchéance de nationalité, article pour lequel il avait déjà voté pour mardi. Certes, au contraire de décembre, la déchéance de nationalité ne concerne plus seulement les binationaux mais l'ensemble des Français.

De quoi relancer la machine à pronostics. Alors que se profile un remaniement du gouvernement, certains imaginent Jean-Marc Ayrault remplacer Laurent Fabius au poste de ministre des Affaires étrangères... 

Du rab sur le Lab

PlusPlus