Jean-Marie Le Pen "comprend" le suicide de Dominique Venner,un "avertissement solennel "

Publié à 18h11, le 25 mai 2013 , Modifié à 18h23, le 25 mai 2013

Jean-Marie Le Pen "comprend" le suicide de Dominique Venner,un "avertissement solennel "
Jean-Marie Le Pen, chez Sud Radio. (Capture Dailymotion)

Sa fille a témoigné son "respect". Jean-Marie Le Pen, lui, "comprend" le  suicide, mardi 21, dans la cathédrale de Notre Dame de Paris, de l'essayiste d'extrême droite, Dominique Venner, tout en insistant pour ne pas en faire un "modèle". Une déclaration qui va plus loin que la présidente du Front National, à écouter ce dimanche, sur Sud Radio.

"Je l'ai connu, beaucoup, il y a trente ou quarante ans" commence le patriarche frontiste, "je ne l'avais plus revu depuis longtemps parce qu'il s'était tout à fait abstrait de l'action politique pour se consacrer à ses activités intelectuelles".

Puis Jean-Marie Le Pen déclare : 

"

C'est un acte symbolique, tout à fait impressionnant mais qui doit rester unique, cela ne doit pas être un modèle.

Cela étant, je comprends. Je crois que Dominique Venner étant justement abstrait de l'action politique, étant seul, n'a pas imaginé d'autre moyen de lancer un avertissement solennel au peuple français que de lui offrir sa vie.

"

Une déclaration qui fait écho à ses propos mis en ligne vendredi 24 mai dans son journal de bord hebdomadaire 

"

Je pense que Dominique Venner se sentant à l'écart de l'audience générale, n'ayant pas les moyens de faire connaître son désespoir et l'angoisse qu'il ressent devant les terribles dangers qui menacent la France a voulu faire  un geste sacrificiel, personnel, définitif, qui n'est pas un modèle, je tiens à le dire.

"

Un passage à voir ci-dessous vers 13'30 : 

Un "témoignage". "Un geste tragique que je respecte" conclut le président d'honneur du FN -  en employant exactement le même mot que sa fille, sur Twitter, deux heures après le suicide de l'ancien de l'OAS - et en citant Robert  Brasillach, "le sang qui a coulé est toujours un sang pur".

Du rab sur le Lab

PlusPlus