Rechercher

L'Elysée est face à une impasse diplomatique. Faut-il se fâcher avec Bertrand Delanoë et une partie du ministère de la Culture, ou plutôt avec Vladimir Poutine et la diplomatie russe ? 

La Russie a pour projet de réaliser une église et un centre culturel russe sur le site de l'ancien siège de Météo France, quai Branly, à Paris, à proximité de la Tour Eiffel. L'achat du terrain a coûté 70 millions d'euros à la fédération de Russie et une demande de permis de construire a été déposée auprès des services de la préfecture de Paris en janvier dernier. 

Problème: Bertrand Delanoë, qui n'a qu'un avis consultatif sur la question, ne veut pas de ce projet. Pour des raisons architecturales. Le maire de Paris avait exprimé en février sa "très nette opposition" au projet dessiné par l'équipe d'architectes menée par l'Espagnol Manuel Nunez Yanowsky, regrettant une "architecture de pastiche" avec "une ostentation tout à fait inadaptée au site des berges de la Seine classé au patrimoine mondial de l'Unesco".

Désormais, c'est l'Elysée qui doit trancher sur la question. 

Mercredi, la Russie a accepté de retirer temporairement la demande de permis de construire. Une réponse devait être donnée avant le 29 novembre, cela permet d'accorder davantage de temps à la diplomatie. La diplomatie russe a publié un communiqué commun avec le ministère des affaires étrangères et explique : 

En concertation avec les autorités françaises, la Fédération de Russie a donc décidé de solliciter la suspension provisoire de la demande de permis de construire qui avait été déposée.Ce délai sera mis à profit pour mener des études complémentaires et examiner de nouvelles propositions permettant d’aboutir le plus rapidement possible à un projet plus conforme aux attentes et exigences spécifiques liées à ce projet.

Mais selon les informations du Monde, le projet rencontre de fortes oppositions rue de Valois qui voudrait que la Russie revoit sa copie : 

Ce projet est absolument affreux. (...) Ce ne sera donc pas celui-là. Les Russes doivent revoir leur copie. 

Mais la question est surtout très politique. Vladimir Poutine suit le dossier de près, s'est déjà rendu sur le site du Quai Branly. Au ministère de la culture, on pointe "un deal entre Nicolas Sarkozy et Vladimir Poutine". Dans les colonnes du quotidien du soir, on peut lire : 

Avant l'élection présidentielle, l'Elysée a exercé des pressions énormes sur les Architectes des bâtiments de France pour qu'ils n'expriment pas de réserves.

A l'Elysée, une réunion de crise s'est tenue le 16 novembre. Et au Monde, le porte-parole diplomatique de la présidence affirme que "la parole de la France a été engagée, elle doit être respectée". 

Le projet n'est pas remis un cause mais une nouvelle demande de permis devrait être déposée prochainement avec une nouvelle proposition architecturale.

Du rab sur le Lab