La France insoumise compte sur les lycéens pour gonfler la mobilisation contre les ordonnances

Publié à 10h35, le 28 septembre 2017 , Modifié à 10h35, le 28 septembre 2017

La France insoumise compte sur les lycéens pour gonfler la mobilisation contre les ordonnances
© AFP

C’est un vieux classique de la politique et une vieille crainte de l’exécutif : que la jeunesse se mobilise dans la rue. Un levier sur lequel compte l’opposition estampillée La France insoumise à la réforme du code du travail par ordonnances.

Alors que La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon infiltre lycées et université en vue de grossir les rangs de l’opposition au gouvernement, comme le montre une enquête d’Europe 1 ce jeudi 28 septembre, les ténors de LFI espèrent que cette jeunesse se mobilisera. Ainsi, Éric Coquerel confie :

"

Dès lors qu'un mouvement de jeunesse se met dans la rue, ça change la donne. Tout gouvernement craint que des mouvements de jeunes se mobilisent, par leur nombre et par leur force. C'est ce qu'on espère voir se passer dans les semaines à venir.

"

Après le relatif échec de la manif des insoumis du 23 septembre – même si Raquel Garrido parvenait à dire le contraire avant même que cette manifestation n’ait eu lieu – La France insoumise compte donc sur la jeunesse en général, et les lycéens en particulier, pour redonner du souffle à la contestation contre les ordonnances Macron.

Et, comme le rappelait l’ex-député PS Gwenegan Bui, suppléant de Marylise Lebranchu à l'Assemblée et ancien dirigeant du MJS :

"

Un mouvement étudiant ou lycéen, c’est comme le dentifrice. Vous pouvez le faire sortir du tube mais vous ne pouvez plus le faire rentrer.

"

Lors de cette manifestation, Jean-Luc Mélenchon avait d’ailleurs appelé directement les lycéens, souvent mineurs, à "se mettre en mouvement". "Dans les facultés, dans les lycées, dans les centres d'apprentissage, mettez-vous en mouvement !" a ainsi lancé le député LFI de Marseille, avant d’ajouter :

"

Aidez vos parents, aidez la part de notre peuple qui est la plus en difficulté, qui a tant besoin de renfort ! (...) Soyez dignes de votre âge et de ceux qui vous ont précédés, sans lesquels vous ne seriez pas protégés par le droit du travail, sans lesquels vous continueriez à aller à l'usine en dessous de l'âge.

"

Un appel qui pourrait être entendu car, si les syndicats étudiants ont peur de se faire doubler, à ce jour, on trouve des groupes d'insoumis dans presque toutes les universités de France et dans une cinquantaine de grands lycées.

Du rab sur le Lab

PlusPlus