L'acteur Franck de Lapersonne considère avoir fait "la plus grosse bourde de sa vie" en soutenant Marine Le Pen

Publié à 07h12, le 21 décembre 2017 , Modifié à 07h12, le 21 décembre 2017

L'acteur Franck de Lapersonne considère avoir fait "la plus grosse bourde de sa vie" en soutenant Marine Le Pen
Franck De Lapersonne © AFP
Image Sylvain Chazot


Il était la surprise de ce début de mois de février 2017, celui que personne n'attendait là, sur la scène de la salle 3.000, à Lyon, pour annoncer son ralliement à Marine Le Pen. Franck de Lapersonne avait tout donné au moment d'afficher son soutien. Tout le monde en avait alors pris pour son grade, et plus particulièrement Emmanuel Macron, qualifié de "fringant poulain du parti de l’étranger". Et puis il avait eu cette phrase qui avait soulevé la foule : "Victor Hugo n'a pas appris l'arabe, et ça me fait plaisir de le savoir." Le ton était donné.

Oui mais les temps ont changé. Désormais, Franck de Lapersonne regrette un peu tout ça. Cité par Le Figaro ce jeudi 21 décembre, l'acteur de Palace reconnaît qu'il a sans doute fait une grosse connerie en défendant Marine Le Pen. Il dit :

Je n'aurais jamais dû la soutenir, c'est la plus grosse bourde de ma vie ! [Je] demande pardon aux Français.

Il se sera consolé en rencontrant Florian Philippot, qu'il a d'ailleurs suivi sans hésiter chez Les Patriotes...

Notons que Franck de Lapersonne n'a pas fait que soutenir Marine Le Pen. Il a également été candidat aux législatives sous l'étiquette du Front national, dans la 1ere circonscription de la Somme, circonscription remportée par l'insoumis François Ruffin. Franck De Lapersonne avait été éliminé dès le premier tour, recueillant 15,94% des voix.

Le soutien à Marine Le Pen et cette candidature aux législatives avaient eu un effet culturel. Lundi 18 décembre, sur le plateau de Quotidien, l'acteur-réalisateur Fabrice Éboué a en effet expliqué avoir coupé Franck de Lapersonne au montage de son dernier film, dont le tournage avait eu lieu avant le ralliement de l'acteur à la cause frontiste. "Il faisait un petit guest, comme il était dans mes deux premiers films. Le film s'appelle 'Coexister' et on ouvrait la scène avec Franck de Lapersonne, soutien de Marine Le Pen. […] J'ai retourné toute la scène avec un autre comédien. Evidemment. J'ai rien dit mais le risque, c'était qu'il devienne député et ça devenait alors un film politique. Moi c'était un film pour déconner et qui s'appelait 'Coexister'. Je ne suis pas sûr que ce soit le bon titre après", avait raconté Fabrice Éboué. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus