L’Assemblée nationale va organiser une représentation théâtrale sur le sexisme et le harcèlement sexuel

Publié à 11h29, le 24 novembre 2017 , Modifié à 11h31, le 24 novembre 2017

L’Assemblée nationale va organiser une représentation théâtrale sur le sexisme et le harcèlement sexuel
© AFP
Image Amandine Réaux


Le monde politique n’est pas épargné (alerte euphémisme) par les révélations depuis l’affaire Weinstein. Jean Lassalle (député non-inscrit et ex-candidat à la présidentielle), Christophe Arend (député LREM), Thierry Marchal-Beck (ex-président du Mouvement des jeunes socialistes) et un député FN ont été accusés par une ou plusieurs femmes de harcèlement et/ou d’agressions sexuelles, sans compter les affaires plus anciennes ayant visé Denis Baupin et Dominique Strauss-Kahn. En 2016, un collectif de collaboratrices parlementaires avait même dénoncé une aggravation du sexisme au sein du Palais Bourbon après les révélation sur Denis Baupin.

Afin de bannir ces pratiques de son enceinte, l’Assemblée nationale va organiser une représentation théâtrale sur le sexisme et le harcèlement sexuel, les vendredi 1er et jeudi 7 décembre prochains, apprend-on dans L’Opinion ce vendredi 24 novembre. La pièce Ah, si j’étais un homme !, précédera une formation lors de laquelle seront abordées "l’identification des comportements sexistes ou discriminatoires, le contexte légal et les risques encourus, les les stéréotypes de genre, la prévention et la réaction face à des comportements sexistes". Un programme "préparé sur mesure pour l’Assemblée nationale", précise le quotidien.

L’Opinion rappelle que, depuis fin octobre, sont placardées dans le Palais des affiches reprenant deux articles du Code pénal sur le harcèlement sexuel.

Mais malgré ces mesures, les mentalités pourraient mettre du temps à changer, à en croire le témoignage de ce député… anonyme : "Quand je me retrouve dans l’ascenseur avec une députée, ça me met très mal à l’aise. C’est très infantilisant. Dans ce cas, il faudrait faire la liste de tout ce qu’on n’a pas le droit de faire."

Du rab sur le Lab

PlusPlus