À contre-courant de La France insoumise, la députée Danièle Obono défend les stages en non-mixité raciale

Publié à 10h09, le 24 novembre 2017 , Modifié à 16h48, le 26 novembre 2017

À contre-courant de La France insoumise, la députée Danièle Obono défend les stages en non-mixité raciale
© AFP
Image Sylvain Chazot


Les Ateliers en non-mixité raciale organisés par le syndicat d'enseignants Sud-Éducation 93 ont profondément irrité le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer. Mardi 21 novembre, à l'Assemblée nationale, il a annoncé son intention de porter plainte pour "diffamation" à l’encontre du syndicat "qui parle de racisme d’État". L'antenne locale du mouvement syndical organise, mi-décembre, deux ateliers sur le thème "Au croisement des oppressions : Où en est-on de l’antiracisme à l’école ?" Ces ateliers sont fermés aux Blancs.

Invitée de Sud Radio ce vendredi 24 novembre, la députée La France insoumise Danièle Obono défend non pas l'organisation de tels ateliers par Sud-Éducation 93 mais le concept même de stage en non-mixité. "C'est une pratique qui existe dans beaucoup de mouvements, les mouvements féministes par exemple, les mouvements LGBT. À un moment, de quels outils on se dote pour pouvoir organiser des débats, pour pouvoir échanger et discuter ?", s'interroge l'élue de Seine-Saint-Denis. Elle poursuit :

La pratique de la non-mixité n'est pas dangereuse dans le sens où c'est une pratique qui répond, à un moment donné, à des besoins d'une catégorie. Je reviens à l'exemple des mouvements féministes. Les personnes qui sont victimes de violence sur un certain nombre de questions vont avoir besoin de dire qu'il va falloir qu'on puisse discuter en se sentant en confiance. Du coup, il faut le faire avec des personnes avec lesquelles on s'identifie, comme partageant le même type de problèmes. Dans ce cas-là, c'est plus un outil pédagogique pour pouvoir libérer la parole plus facilement.

Et Danièle Obono d'estimer que, selon elle, Jean-Michel Blanquer a tort de s'en prendre au syndicat Sud-Éducation. "Malheureusement, peut-être que le ministre devrait se renseigner un peu plus. Dans les mouvements sociaux, dans l'histoire, ce sont des formes qui existent pour répondre à des besoins", dit-elle.

En défendant ainsi les stages non-mixtes, Danièle Obono va à contre-courant de son mouvement politique. Car au sein de La France insoumise, la tendance est plutôt à la critique des ateliers en non-mixité. Mercredi 22 novembre, interrogé par LCP en marge de la séance des questions au gouvernement, le député LFI de Seine-Saint-Denis Alexis Corbière a exprimé son opposition aux réunions de ce type. "Par définition, une réunion syndicale, je souhaite qu’elle soit ouverte à tous les syndiqués et je ne souhaite pas que l’on mette en place un système où en quelque sorte, je vais le dire un peu simplement, en fonction de la couleur de la peau, on peut se réunir ou pas. Je ne suis pas d’accord", a-t-il commenté, avant d'ajouter :

Moi je suis un universaliste, un républicain, je pense que, ce qu’il y a de formidable dans notre pays, c’est qu’il est basé sur la déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droit. Et si on rentre dans un système, fût-ce au nom du fait qu’il y a des discriminations qu’il faut combattre, où des réunions sont ouvertes à certains et pas à d’autres, je crois que nous avons perdu.

Puis Alexis Corbière est *un peu* parti en torche en expliquant que de toute façon, l'été, il est "plus bronzé parfois que quelqu’un qui est né de l’autre côté de la Méditerranée" alors du coup, les différences de peau et le racisme, ça ne veut rien dire.

Le même jour, son collègue Adrien Quatennens a tenu à peu près le même discours sur RTL – la référence à son bronzage estival en moins, sans doute parce que l'élu du Nord ne pourrait faire croire à personne qu'il peut avoir le teint aussi hâlé qu'Alexis Corbière. Le député a lancé :

Clairement, le fait de tenir des réunions syndicales qui font le tri de manière raciale me pose un problème évident. Moi je suis pour que les réunions soient ouvertes à tous.

Et Adrien Quatennens de regretter une montée des communautarismes en France. "Si on veut traiter la question du racisme, ce n'est pas en triant les gens à l'entrée d'une réunion syndicale", a-t-il estimé.

Dans les faits, le concept de non-mixité était couramment utilisé dans les années 70, notamment dans les milieux militants féministes en France et dans le mouvement des droits civiques aux États-Unis. Concrètement, la pratique consiste à réserver des lieux ou certains événements à des catégories sociales ou raciales, en excluant d’autres groupes, avec pour objectif de permettre que la parole s’exprime plus librement.

Du rab sur le Lab

PlusPlus