Le cuistot de l'Élysée applaudit le retrait de la candidature LREM de Nicole Bricq aux sénatoriales

Publié à 15h11, le 31 juillet 2017 , Modifié à 14h41, le 26 décembre 2017

Le cuistot de l'Élysée applaudit le retrait de la candidature LREM de Nicole Bricq aux sénatoriales
Guillaume Gomez et Nicole Bricq. © Montage le Lab via AFP
Image Loïc Le Clerc


Les élections sénatoriales approchent et La République en Marche ! (LREM) entend y faire un joli score. C'est à cette fin que Jean-Paul Delevoye, président de la commission d'investiture de LREM, peaufine une liste de candidats.

Parmi eux, Nicole Bricq, sénatrice PS sortante. L'ancienne ministre du Commerce extérieur du gouvernement Ayrault II espérait bien être réélue sous l'étiquette LREM. Sauf que non. Elle jette l'éponge, apprend-on ce lundi 31 juillet dans Le Parisien.

Quentin Calmet, journaliste à Public Sénat, tweete alors cette information :







C'est alors que Guillaume Gomez, chef des cuisines de l'Élysée, lui répond, toujours via Twitter, d'un simple émoji pouce vers le haut, suivi de trois émojis applaudissements.







Le tweet a depuis été supprimé.

Ce n'est pas la première altercation entre Nicole Bricq et Guillaume Gomez. En mars 2014, la ministre avait jugé la cuisine de l'Élysée "dégueulasse". Ce à quoi le cuistot avait rétorqué sur Facebook :



Avec la brigade, nous allons continuer à faire notre travail, avec la même passion et le même dévouement.

Nicole Bricq, qui était jusqu'à présent tête de liste en Seine-et-Marne, a publié ce lundi un communiqué. Elle y déclare :



Je retire avec gravité et regret ma candidature.

La raison invoquée : son colistier, Arnaud de Belenet (issue de LR), pourrait présenter lui aussi une liste qui, pour Nicole Bricq, vise à s'adresser "aux électeurs sénatoriaux de la droite modérée".

Après avoir été une fervente macroniste, rejoint le groupe LREM au Sénat créé par François Patriat, et défendu ardemment ces dernières semaines le projet de loi d'habilitation pour permettre au gouvernement de modifier le Code du travail par ordonnances, voici donc que Nicole Bricq met un terme à sa carrière de sénatrice.

Pour rappel, les élections sénatoriales auront lieu le 24 septembre prochain. A cette occasion, les sénateurs élus en 2011 remettent leur mandat en jeu et la moitié du Sénat sera ainsi renouvelée.

A LIRE AUSSI SUR EUROPE1.FR

Élections sénatoriales : Nicole Bricq, tête de liste REM en Seine-et-Marne, retire sa candidature









[Edit 18h30]

Sur Twitter, l'ancien ministre PS de l'Ecologie Philippe Martin tient à donner son avis, en deux points :



1, Guillaume Gomez n'est pas un "cuistot", mais un grand chef de cuisine. 2, mieux vaut que ce soit Nicole Bricq qui arrête sa carrière que lui.

On tient tout de même à remarquer que Philippe Martin, hamoniste de la première heure, intervient sur les réseaux sociaux souvent pour émettre des avis très *gastrono-politique*, commentant le tweet de Benoît Hamon sur son kebab ou faisant son retour sur Twitter, en janvier dernier, pour "donner des nouvelles du Café des sports de Samatan (Gers) et soutenir Benoît Hamon".

Du rab sur le Lab

PlusPlus