Le député LR Olivier Dassault veut le rétablissement de la peine de mort pour les terroristes

Publié à 12h45, le 25 mars 2016 , Modifié à 12h59, le 25 mars 2016

Le député LR Olivier Dassault veut le rétablissement de la peine de mort pour les terroristes
Olivier Dassault. © AFP.les
Image Le Lab

Etienne Girard pour

JE SUIS POUR - A chacun sa recette pour lutter contre le terrorisme. Le député Les Républicains de l'Oise Olivier Dassault vient de proposer la sienne, définitive: rétablir la peine de mort.

Pour présenter sa proposition, le fils du sénateur Serge Dassault a vu les choses en grand: il a envoyé un communiqué à l'AFP ce vendredi 25 mars. Dans celui-ci, le député explique la peine capitale pourrait faire "peur" aux terroristes. Une perpétuité "incompressible" sera insuffisante, pour le député, car elle "ne perturbera jamais les projets diaboliques de ces bombes humaines":



Les derniers attentats terroristes en Belgique ont montré l'inefficacité des différents gouvernements européens pour lutter contre ce fléau qui gangrène notre société (...) Ce n'est pas la simple représaille du retrait de la nationalité ou une peine d'une période de sûreté pouvant aller jusqu'à 30 ans qui effrayeront ces ennemis de la Liberté mais bien davantage la peur de tomber sous le couperet de la justice

Pour le député de l'Oise, l'absence de peine capitale induirait une certaine "compassion" à l'égard des terroristes:

Ces individus qui sont prêts à massacrer nos enfants, endeuiller des familles sur le territoire qui les a accueillis par leur naissance ou leur intégration n'ont plus à recevoir de compassion de la part de notre Nation

Olivier Dassault n'en est pas à son coup d'essai: il avait déjà cosigné une proposition de loi sur le même sujet en 2004. Rappelons que la peine capitale a elle été abolie en France en 1981.

Jeudi 24 mars, le président de la région Hauts-de-France, Xavier Bertrand, a confessé sur BFMTV, pour expliquer qu'il est favorable à la perpétuité "réelle", que s'il avait été parlementaire en 1981, il croit qu'il "n'aurai(t) pas voté l'abolition de la peine de mort". "Aujourd'hui, avec le recul je pense que supprimer la peine de mort a du sens à une condition: ceux qui étaient susceptibles d'en relever ne doivent jamais sortir de prison", a-t-il ajouté.

Notons tout de même que dix des quatorze auteurs des derniers attentats de Paris et Bruxelles se sont fait explosés. Pas sûr que la menace de la peine de mort les aurait dissuadé.

Du rab sur le Lab

PlusPlus