Le filloniste Serge Grouard compare son camp à la France qui "n'a pas perdu la guerre" après l'armistice de 1940

Publié à 07h45, le 21 août 2017 , Modifié à 08h18, le 21 août 2017

Le filloniste Serge Grouard compare son camp à la France qui "n'a pas perdu la guerre" après l'armistice de 1940
Serge Grouard
Image Etienne Baldit


Si vous vous demandez où sont passés les fillonistes depuis la présidentielle et les législatives, c'est normal. La plupart ont disparu des écrans radar. Mais cela ne veut pas dire qu'ils ont jeté les armes. Après la cinglante défaite du printemps, certains sont au contraire entrés en résistance et préparent la victoire finale.

Serge Grouard est sans doute le plus déterminé d'entre eux. Ami de François Fillon et tête pensante de son programme présidentiel, l'ancien député LR du Loiret entend en effet poursuivre le combat en reprenant la tête de Force républicaine, le micro-parti de son champion. Et l'aspirant chef de la *fillonie libre* face à l'occupant macroniste de dresser cet audacieux parallèle historique, dans les colonnes du Figaro lundi 21 août :

On s'est pris une bâche. En 1940, on s'était aussi pris une bâche mais ensuite on n'a pas perdu la guerre.

Et en effet : qui imagine le général de Gaulle rester là, assis sans rien faire, après la signature de l'armistice ? Un genou à terre seulement, Serge Grouard veut donc reprendre la main petit à petit, après la blitzkrieg de La République en marche et l'élection d'Emmanuel Macron. Et se pose en héritier naturel du fillonisme et de Force républicaine, alors que Bruno Retailleau gère avec dévouement les affaires courantes du micro-parti, dont les membres doivent se réunir en septembre. "J'ai porté le projet de François Fillon pendant quatre ans, l'avenir nous donnera raison et il faudra le mettre en oeuvre, plaide Serge Grouard auprès du Figaro. Je pense être l'un des mieux placés, sans prétention j'ai même envie de dire le mieux placé pour le porter."

Et si cela lui est refusé, il envisage même d'incarner la résistance via sa propre structure. Il ajoute, gaullien à souhait :

Je me suis toujours senti libre, mais aujourd'hui encore plus.

À deux doigts d'appeler les électeurs fillonistes à "continuer le combat, là où ils seront et comme ils pourront"...





Alors bien sûr, le général de Gaulle n'a pas gagné la Seconde Guerre mondiale à lui tout seul. Pour ce genre de combat, il faut des Alliés. Or les fillonistes pourront-ils, dans l'optique de la reconquête, compter sur l'appareil LR ? Rien n'est moins sûr, à l'heure où la droite se prépare à élire un nouveau président. Laurent Wauquiez est vu comme le grandissime favori... à moins que Florence Portelli, ancienne porte-parole de François Fillon, ne soit effectivement candidate et s'impose à la surprise générale.

[BONUS TRACK] Pendant ce temps...

... François Fillon lui-même est en mode "vacances, j'oublie tout". Le Parisien rapporte, ce lundi, que l'ex-candidat à la présidentielle a presque totalement coupé avec le monde politique au cours de ses vacances estivales. "Il est complètement déconnecté. Il ne lit pas les journaux", explique l'une de ses proches au quotidien, quand "un dirigeant de LR" ajoute :

Il s'est mis en mode silence radio. Il ne parle plus à grand monde.

L'entourage de François Fillon confirme par ailleurs au Parisien que l'ancien Premier ministre va se reconvertir "dans le privé" dès le mois de septembre, sans aucune précision supplémentaire. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus