Le leader des communistes parisiens souhaite remplacer le Sacré-Coeur par un "espace de solidarité"

Publié à 17h35, le 20 octobre 2013 , Modifié à 17h41, le 20 octobre 2013

Le leader des communistes parisiens souhaite remplacer le Sacré-Coeur par un "espace de solidarité"
(Le Journal du dimanche)

LE TEMPS DES CERISES - Au lendemain d'avoir fait le choix de partir uni avec le PS dès le 1er tour pour les municipales parisiennes, le leader des élus communistes à Paris assure au JDD que s'il devait changer un lieu à Paris, ce serait le Sacré-Coeur de Montmartre. 

Dans un entretien vidéo, Ian Brossat admet ne pas aimer le symbole de la basilique parisienne. Une référence à l'histoire de l'édifice, qui fut construit après les événements de la Commune de Paris, pour rétablir "l'ordre moral" et installer un lieu de culte au niveau du point culminant de la capitale parisienne qui fut le dernier bastion de résistance des révolutionnaires.  

"

Le Sacré-Coeur qui est un symbole que je n'aime pas. Et qui visait à sanctionner d'une certaine manière les communards. Je pense qu'il s'il y a un endroit où on pourrait faire autre chose ça serait le Sacré-Coeur. 

"

Et que faire de cet édifice religieux ? L'élu du 18e arrondissement y verrait bien un "espace de solidarité" : 

"

Je le remplacerais par un espace dédié à la solidarité. Aujourd'hui si on a une idée à porter dans cette ville, c'est la solidairté, la justice sociale. Si Paris doit être exemplaire dans un domaine, c'est la solidarité. 

"

Pas sur que Anne Hidalgo reprenne cet élément dans son programme. Samedi, les adhérents parisiens du PCF ont voté à 57% pour des listes communes avec le Parti socialiste dès le premier tour aux municipales à Paris.

Une union comme celle réussie par Bertrand Delanoë en 2001 et 2008.

Du rab sur le Lab

PlusPlus